×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Brèves internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:1975 Le 10/03/2005 | Partager

    . France: Réforme de la taxe professionnelle La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) indique entrevoir “une lueur d’espoir” sur les modalités de réforme de la taxe professionnelle, après les propos du président de la République Jacques Chirac. Ce dernier a évoqué, le 8 mars, une réforme “en profondeur” de la taxe professionnelle. Il a assuré qu’elle “se traduira non seulement par un changement d’assiette, plus favorable à l’investissement et à l’emploi, mais aussi par un allégement substantiel et permanent de la charge totale de l’impôt”.“Le chef de l’Etat, répondant ainsi à nos demandes exprimées à de multiples reprises, s’inscrit en contradiction avec les conclusions du rapport Fouquet (sur la taxe professionnelle, remis en décembre au Premier ministre, ndlr) qui évoquait un transfert à charges constantes des bases d’imposition”, se félicite l’organisation patronale.(AFP). Italie: Les salariés du textile montent au créneau Les salariés du textile et de l'habillement étaient en grève mardi 8 mars en Italie pour obtenir des mesures de relance de leur secteur et de sauvegarde de l'emploi face à la montée en puissance de la concurrence asiatique. Le textile-habillement employait 570.000 personnes en Italie en 2003, dont 90% dans des sociétés de moins de quinze salariés, tandis que le secteur de la chaussure, qui souffre des mêmes maux, comptait plus de 100.000 salariés. Selon le syndicat Filtea-CGIL (gauche), le secteur a perdu 50.000 emplois au cours des deux dernières années et craint l'accélération de l'hémorragie avec la fin du contingentement des importations chinoises depuis le 1er janvier.«La situation est extrêmement grave, très sérieuse. La grève doit servir à attirer l'attention sur l'absence de politique sectorielle«, a dit de son côté Guglielmo Epifani, secrétaire général de la CGIL à la veille des manifestations. Le ministre italien de l'Industrie, Antonio Marzano, a affirmé le 7 mars à Bruxelles que les importations européennes de plusieurs produits textiles fabriqués en Chine avaient augmenté dans des proportions allant de 300% à 800% depuis le 1er janvier. Il a demandé à la Commission européenne «l'application des mesures de sauvegarde« face à «la violation des principes de compétition loyale de la part des pays tiers«, dans une lettre au Commissaire au commerce Peter Mandelson. Synthèse L’Economiste. Ligne de crédit italienne pour la TunisieUn accord sur une ligne de crédit italienne de 36,5 millions d’euros à la Tunisie pour promouvoir le secteur privé a été ratifié par la Chambre des députés. Ce crédit italien, dont 80% sous forme de don, est destiné à financer des équipements d’origine italienne, des sessions de formation et le transfert de technologie au profit de PME tunisiennes et d’implantations offshore italiennes. L’Italie avec, notamment, 600 implantations offshore employant 45.000 personnes, représente le second partenaire commercial de la Tunisie, derrière la France.. Chantiers navals: l’OMC donne 3 mois à Séoul L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a donné trois mois à la Corée du Sud pour retirer certaines subventions à ses chantiers navals dénoncées par l’Union européenne. Dans un rapport final, l’organe de règlement des différends de l’OMC a reconnu, le 7 mars, “le bien-fondé de l’allégation de l’Union européenne selon laquelle la Corée a accordé des subventions à l’exportation prohibées” par l’intermédiaire de la Banque coréenne d’import-export (Kexim). L’OMC a ainsi mis à l’index les subventions versées par la Kexim, via ses programmes de prêts avant expédition et de garanties de restitution des paiements anticipés, offerts à leurs clients par les chantiers navals coréens. Séoul va devoir retirer ces subventions individuelles sous 90 jours, sauf si le gouvernement coréen fait appel de la décision.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc