×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Bourse: Attijari Intermédiation prévoit une correction

Par L'Economiste | Edition N°:2491 Le 23/03/2007 | Partager

. La hausse reprendra avec les nouvelles introductions. Plus de visibilité après la publication des résultatsDANS quel horizon évolue le marché boursier? Une interrogation qui taraude l’ensemble de ses opérateurs en attendant l’annonce des résultats annuels pour confirmer leurs prévisions. Personne n’a assez de visibilité par rapport à la poursuite du trend haussier spectaculaire qui dure depuis le début de l’année. Après une progression annuelle de 71% en 2006, les indices ont pris 18% au terme des deux premiers mois de cette année. Les plus fortes hausses sont constatées dans les secteurs des assurances et du bâtiment et matériaux de construction (33%). Les sociétés cotées dans le secteur de l’énergie et des mines arrivent en deuxième position avec une progression moyenne de 26%. Elles sont suivies des petites capitalisations dont les performances se sont globalement appréciées de 20%. La courte correction intervenue vers fin février n’a pas eu raison du trend haussier. Dès le début de ce mois, les indices ont repris leur ascension dans des proportions aussi importantes que le début de l’année. «Les légères prises de bénéfices se sont rapidement atténuées par des mouvements fort à l’achat, ce qui empêche la réalisation d’une réelle correction», indiquent les analystes d’Attijari Intermédiation dans leur dernière évaluation du marché. En dépit de cette croissance, le marché ne s’éloigne pas trop de ses fondamentaux. L’évaluation d’Attijari Intermédiation a débouché sur un Price Earning Ratio réel (P/E) de 23,5 fois, soit deux points de plus que le P/E(1) théorique estimé à 21,5 fois.«L’évaluation des titres par la méthode des cash-flows actualisés ne permet pas, dans ce contexte, d’estimer tout le potentiel des sociétés évaluées. Le manque de détails par rapport aux perspectives de ces entreprises et leurs partenariats externes pousse à émettre des hypothèses conservatrices», poursuit le rapport.A la lumière de ces éléments, les analystes d’Attijari Intermédiation recommandent aux investisseurs d’attendre la publication des résultats annuels afin d’avoir plus de visibilité par rapport au potentiel du marché. Ils prévoient d’ailleurs une légère correction après l’annonce des résultats. Mais le marché devrait reprendre son trend haussier en parallèle avec l’annonce des nouvelles introductions, selon eux. La tendance haussière de cette année est accompagnée d’une progression aussi importante des volumes quotidiens. Chaque séance draine en moyenne 650 millions de DH depuis le début de l’année contre 500 millions en 2006. Cela confirme le retour massif des capitaux toutes catégories confondues vers le marché. Les souscriptions aux OPCVM ont d’ailleurs sensiblement progressé depuis le début de l’année, grâce aux arbitrages positifs en faveur de l’investissement boursier. A noter que les taux obligataires sont à leur plus bas niveaux (3,66% en début mars). Depuis le début de ce mois, les volumes ne sont plus dominés par le titre Addoha. Cette tendance s’est d’ailleurs progressivement amorcée depuis février. Les transactions sont de plus en plus éparpillées entre les valeurs-phares de la place. Il ne s’agit pas uniquement des blue chips (BMCE Bank, Sonasid, ONA, Maroc Telecom…) mais également de quelques titres de taille moyenne qui retiennent l’attention des investisseurs. Les plus en vue sont CIH, HPS, Colorado…Serait-ce la fin de la domination d’Addoha sur les volumes? Plusieurs analystes sont convaincus que le titre devient progressivement une valeur de fond de portefeuille au lieu d’un outil de spéculation. Il est de ce fait moins liquide dans les échanges quotidiens.


Papier frais

PAR ailleurs, le besoin de papier frais est toujours aussi pressant à la Bourse de Casablanca. Preuve en est, la première introduction de cette année portant sur le titre Matel a été souscrite plus de 93 fois. Le marché attend avec impatience l’arrivée de nouvelles recrues. Stokvis et Atlanta-Sanad ont d’ailleurs confirmé leur adhésion à la cote d’ici quelques mois. Les sociétés de Bourse travaillent chacune sur plusieurs dossiers d’IPO qu’elles prévoient de finaliser avant la fin de cette année.Nouaim SQALLI------------------------------------(1) Price earning ratio = cours/bénéfice net par action.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc