×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Automobile: Recul drastique des ventes

    Par L'Economiste | Edition N°:3231 Le 12/03/2010 | Partager

    . Repli de près de 15% du monté local. Baisse des droits de douane: n’est pas répercutée par tous!Quels leviers faire jouer pour relancer les ventes de voitures neuves en 2010? Prime à la casse, baisse des droits de douane, mesures fiscales avantageuses… Les idées ne manquent pas auprès des distributeurs-importateurs. En attendant, le marché enchaîne les contre-performances. Principale explication: un attentisme attribué à la baisse des droits de douane, devenue effective à partir du 1er mars. Mais de sources proches du secteur, les distributeurs ne répercutent pas encore systématiquement la baisse. Ils arguent d’écouler les stocks acquis en grande partie en 2009. Autres pistes qui expliquent les méventes du secteur: l’attente du salon en mai et l’accroissement du volume d’importation et de dédouanement de véhicules d’occasion (VO), qui connaît un engouement certain depuis quelques mois (plus de 50.000 voitures d’occasion en 2009!) Dans ce contexte précis, les ventes de véhicules neufs ne cessent de s’effilocher depuis début 2010. En témoignent les dernières statistiques des ventes établies à fin février. Le repli se chiffre à près de 10% pour seulement 13.524 ventes, toutes origines confondues. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est plutôt le monté local (CKD) qui tire le secteur vers le bas. En effet, ce segment, ô combien prisé depuis des années, montre ses premiers signes d’essoufflement avec un repli de 14,78%. A fin février, les ventes du CKD se sont chiffrées à seulement 4.827 véhicules (soit 2.516 unités pour le seul mois de février). Une baisse attribuée en grande partie au recul des ventes du duo de Sopriam (Berlingo et Partner), respectivement de 43 et 37%. Seule Dacia (Logan et Sandero) parvient à tirer son épingle du jeu. La marque low-cost a pu écouler 1.401 unités sur le seul mois de février contre 1.282 en janvier 2010. Côté CBU, ce n’est pas l’euphorie non plus. Le marché accuse une baisse de près de 7%, pour 4.181 unités commercialisées. Par marque, c’est Renault qui arrive en tête des ventes. La marque au losange a enregistré pas moins de 483 nouvelles immatriculations le mois dernier contre 474 unités en janvier. Profitant de l’avènement de sa nouvelle gamme (Mégane et Fluence, notamment), le constructeur français a réalisé une part de marché de 11% à fin février. Non loin derrière, Hyundai réalise, en cumul sur les deux premiers mois de l’année, 907 ventes. Toutefois, sur le seul mois de février, la marque sud-coréenne n’a écoulé que 354 voitures, en dépit de l’effort promotionnel consenti sur toute la gamme 4x4. Quant à Peugeot, elle arrive en troisième position. La marque au lion a pu vendre 897 voitures les deux derniers mois. Pour le seul mois de février, Peugeot a enregistré 444 ventes contre 453 en janvier. La quatrième position revient à Kia avec 839 unités livrées en deux mois (404 ventes en février contre 435 en janvier). Le dernier du top five n’est autre que Volkswagen. La marque allemande a pu vendre 777 voitures à fin février, soit 407 unités le mois dernier.A. R. & M. A. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc