×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Assises des associations professionnelles
Qui seront les secteurs locomotives du Maroc?

Par L'Economiste | Edition N°:1947 Le 28/01/2005 | Partager

. Politique industrielle: Le rapport McKinsey dévoilé mi-février. Mezouar fait le pointPas de confusion entre politique industrielle et plan d’action ou encore mise à niveau, même si ces trois axes ont, au final, un même aboutissement: une plus grande visibilité et la mise en place d’actions structurelles et non sporadiques. Salah Eddine Mezouar, ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Mise à niveau, invité à l’ouverture des travaux des deuxièmes Assises des associations professionnelles, le 27 janvier à Casablanca, est bien clair sur ce sujet autour duquel persistent quelques rumeurs. Le premier projet consiste à définir les métiers d’avenir de l’industrie marocaine, sur lesquels le Royaume pourra axer sa compétitivité (les secteurs locomotives), «ce qui ne signifie absolument pas que les autres seront délaissés», confie-t-il à L’Economiste. De plus, il permettra «d’orienter l’action de l’Etat en faveur d’un appui ciblé pour chaque secteur», précise le ministre. Le second projet concerne la restructuration de l’industrie dans son ensemble de manière à ce que justement chaque secteur puisse mettre en place de façon optimale la politique industrielle menée actuellement par le cabinet d’expertise McKinsey. La mise à niveau, dans l’absolu, représente le moyen d’atteindre ces objectifs. D’ailleurs, Mezouar rappelle que de nombreuses améliorations ont été portées à ce processus. Ainsi, la mise du Foman a été doublée, le fonds de restructuration financière quasi finalisé et les critères d’éligibilité assouplis. Les premières conclusions du rapport devraient d’ailleurs être rendues publiques le 15 février, indique-t-il. Il s’agit plus particulièrement, dans une première partie, de dévoiler toute la stratégie de redéploiement. Dans un second volet, qui sera présenté ultérieurement, le MCI exposera la stratégie de communication ainsi que les mécanismes d’accompagnement pour les secteurs. D’où, souligne-t-il, l’importance du rôle des associations professionnelles dont la mission première est d’accompagner leurs membres dans toute restructuration. L’accent est mis sur les services à l’entreprise dans son quotidien, mais aussi sur d’autres axes tels que la mise en place de systèmes de veille ou de la dimension régionale.R. L.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc