×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Economie

Artisanat: Le coup de pouce de Birou

Par L'Economiste | Edition N°:2873 Le 03/10/2008 | Partager

. La création d’un Fonds de garantie de 400 millions de DH annoncée. Mono artisans et entreprises du secteur ciblés Artisans et entreprises du secteur reprennent espoir. L’annonce de la création d’un Fonds de garantie de 400 millions de DH, à raison de 100 millions par an, pour faciliter l’accès au financement de leurs projets remonte en effet le moral. Anis Birou, secrétaire d’Etat à l’Artisanat, en a dévoilé lundi dernier les grandes lignes devant la Fédération des entreprises d’artisanat (FEA). Selon le secrétaire d’Etat, cette enveloppe vise « à encourager les banques à accorder environ 2,4 milliards de DH aux mono artisans et aux entreprises». A noter que le secteur emploie actuellement 2 millions de personnes. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie nationale de l’artisanat qui vise à répondre à un double objectif. D’abord, il s’agit d’adopter une politique volontariste pour créer suffisamment de nouveaux emplois. Un défi majeur que le Maroc doit relever, vu le poids démographique de la tranche qui vit de l’artisanat (10 millions de personnes). Ensuite, l’administration doit passer d’une administration de gestion à une administration de développement.Dans la Vision 2015 de l’artisanat, quatre principaux objectifs ont été mis en exergue. En l’occurrence la création de 115.000 emplois sur les dix prochaines années, l’augmentation du chiffre d’affaires, la création d’entreprises et bien sûr l’amélioration des revenus et des conditions de travail des artisans.Par ailleurs, le département de Birou continue à défendre le projet Label Maroc. Un projet dont la mission est de bâtir l’image de marque marocaine auprès des consommateurs finaux. A ce titre Birou rappelle que «les médias ont aussi un rôle majeur à remplir pour la promotion et la labellisation des produits made in Morocco de façon générale». C’est pourquoi ce dernier ne cesse de multiplier les sorties pour expliquer son plan. La dernière en date, le 26 septembre, à l’invitation de l’association de l’université Al Akhawayn. Enfin, des campagnes de communication institutionnelle devraient accompagner ce processus. Car la volonté est de combler le gap entre les recettes du tourisme et de l’artisanat. En effet, en 2007, sur les 7 millions de touristes qui ont visité le Royaume (selon les statistiques officielles), le secteur n’a réussi à capter que 1,7 milliard de DH. J. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc