×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Economie

Conseil régional Souss Massa Drâa
Ouarzazate réclame sa part

Par L'Economiste | Edition N°:2873 Le 03/10/2008 | Partager

. Les 400.000 DH sont insuffisants . Le CR doit accompagner l’élan touristique de la ville Les professionnels du tourisme à Ouarzazate ne tempèrent pas leur grogne contre le Conseil régional du Souss Massa Drâa (SMD). Et pour cause, l’enveloppe financière dédiée, en fin de semaine dernière, à leur Conseil provincial de tourisme (CPT) s’avère, selon eux, «très insuffisante». Elle ne serait pas à la hauteur de leurs aspirations, ni ne pourrait accompagner les plans d’actions que le CPT d’Ouarzazate compte mettre en œuvre dans le cadre de sa stratégie. En tout, le Conseil régional du SMD a consacré, lors d’une session ordinaire tenue samedi à Agadir, le montant global de 2 millions de DH réparti à parts égales, pour tous les Conseils provinciaux du tourisme de la région. Il s’agit des CPT de Chtouka Aït Baha, Taroudant, Ouarzazate, Tiznit et Zagora. La province d’Agadir, quant à elle, s’est taillé la part du lion avec 3 millions de DH accordés à son Conseil régional du tourisme (CRT). Ceci n’a pas manqué de susciter l’envie des parentes pauvres de la région. La première explication apportée à cette distorsion est que le CRT œuvre dans toute la région. Chose qui reste encore à vérifier, selon des professionnels d’Ouarzazate et de Zagora. Les professionnels d’Ouarzazate ont ainsi répliqué à chaud. Ils réclament d’abord que le CR fasse connaître les critères qui régissent la manière de répartir les deniers publics. «Les élus de la région sont appelés à nous expliquer la philosophie qui les a menés à distinguer Agadir et à répartir le reste équitablement sur tous les autres», précise un membre du CPT d’Ouarzazate. En fait, si la place d’Agadir en tant que pôle d’activité touristique à l’échelle nationale est incontestable- ce qui justifie la quote-part qui lui est réservée dans le budget régional- Ouarzazate vient en deuxième position en termes de nuitées, d’arrivées et mérite du coup un traitement conséquent, estiment les membres du CPT Ouarzazate. «Nous acceptons de procéder par ordre d’importance, sinon les deniers de la région devraient ainsi être répartis équitablement sur toutes les villes de la région, y compris Agadir», a renchéri la même source. Pour eux, il n’est pas question d’être traités comme des villes qui ne figurent même pas dans les statistiques rapportées par le ministère du Tourisme.


Avancée à soutenir

Un peu plus d’un demi-million de visiteurs se rendent annuellement à Ouarzazate qui dispose d’une capacité de près de 4.000 lits. Capacité qui sera portée à plus que cela dans les six prochains mois grâce à la création d’autres unités hôtelières. Une avancée à soutenir inéluctablement.De notre correspondant, Ali RachdI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]leconomiste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc