×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Algérie: Augmentation de 20% du salaire minimum

Par L'Economiste | Edition N°:2374 Le 03/10/2006 | Partager

. 12.000 dinars à partir du 1er janvier 2007. Un pacte national économique adoptéLe salaire national minimum garanti (SNMG) a été augmenté de 20% à la suite d’une rencontre entre le gouvernement, le patronat et le syndicat, a annoncé dimanche 1er octobre la radio publique. Un accord en ce sens a été signé dimanche matin par la «tripartite»: la centrale syndicale Union générale des travailleurs algériens (UGTA), le patronat public et privé ainsi que le gouvernement. Le SNMG passe de 10.000 à 12.000 dinars (110 à 130 euros) par mois à partir du 1er janvier. La commission tripartite a aussi adopté un «pacte national économique» et signé les conventions de branche du secteur public et privé, selon la même source. Ce pacte, dont la teneur n’est pas encore connue, est valide pour une durée de quatre ans, a indiqué le chef du gouvernement Abdelaziz Belkhadem, cité par la radio. En juin, le président algérien Abdelaziz Bouteflika avait annoncé une augmentation générale des salaires, lors d’une réunion avec les walis. Bouteflika avait précisé qu’»une enveloppe financière supplémentaire de 98 milliards de dinars» (1,07 milliard d’euros) avait été allouée pour l’augmentation des salaires des fonctionnaires. Il avait également annoncé une revalorisation du SNMG ainsi qu’une revalorisation de la grille des salaires des travailleurs des secteurs économiques publics et privés, laissant le soin d’en fixer le taux à la «tripartite». Le chef de l’Etat algérien avait également décidé d’aligner sur le SNMG, toutes les pensions de retraite et d’invalidité n’atteignant pas ce seuil et estimées à 900.000. Cet alignement devrait coûter à l’Etat 13,5 milliards de dinars (148 millions d’euros environ), avait estimé le ministre des Finances Mourad Médelci. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc