×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Siemens va aider les salariés de BenQ

Par L'Economiste | Edition N°:2374 Le 03/10/2006 | Partager

. Un fonds spécial de 30 millions d’eurosLe conglomérat allemand Siemens, dans la tourmente depuis l’annonce du dépôt de bilan de son ex-division de téléphones portables, a renoncé à augmenter les salaires de ses dirigeants et va mettre sur pied un fonds pour les salariés, rapporte le quotidien Bild de lundi 2 octobre, citant le patron du groupe. «Nous avons maintenant une nouvelle situation et nous voudrions donner aux gens un signe de solidarité», a déclaré Klaus Kleinfeld au quotidien. Les 5 millions d’euros initialement destinés à la hausse des salaires vont être affectés à un fonds spécial de 30 millions d’aide aux 3.000 salariés de BenQ Mobile, dont les emplois sont menacés. L’augmentation prévue des salaires chez Siemens avait suscité de vives critiques dans la sphère politique, de la part des syndicats et parmi les salariés, le groupe étant en restructuration permanente. Jeudi, le groupe taïwanais BenQ, qui avait racheté l’an dernier l’activité téléphones portables de Siemens, a de surcroît annoncé le dépôt de bilan de sa filiale allemande, et nombre d’observateurs en ont appelé à la responsabilité morale de Siemens à l’égard de ses anciens salariés. La chancelière conservatrice Angela Merkel a appelé Kleinfeld dimanche dernier, rapporte Bild. «J’ai fait comprendre à Siemens que cette entreprise de tradition avait une responsabilité particulière», a-t-elle déclaré au journal. Siemens se défend d’avoir cédé sa division déficitaire de téléphonie mobile à BenQ pour déléguer sa fermeture inévitable à un tiers. De telles affirmations sont «des présomptions mal intentionnées», selon Kleinfeld. «Nous ne l’avons fait (cédé la division) que parce que nous étions convaincus par les promesses de BenQ» de maintenir l’activité en Allemagne, a-t-il ajouté. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc