×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Al Qods: Israël va relancer des travaux controversés

Par L'Economiste | Edition N°:2676 Le 19/12/2007 | Partager

. Rénovation de la porte des Maghrébins à l’esplanade des MosquéesLE gouvernement israélien a décidé de reprendre «aussitôt que possible» des travaux de rénovation près de l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, selon son site Internet. Cette décision, portant sur des travaux dénoncés dans le passé dans le monde arabe et musulman, a été prise le 29 novembre, deux jours après la conférence internationale d’Annapolis, par la commission ministérielle pour Jérusalem dirigée par le Premier ministre Ehud Olmert.La commission a décidé d’ordonner au département des Antiquités «de reprendre ces travaux aussitôt que possible, en totale transparence et en coopération avec les instances officielles concernées», indique le site du gouvernement.De même source, des fonds doivent cependant être débloqués à cette fin, et la commission de planification régionale de Jérusalem devra préalablement approuver les plans pour la reprise des travaux en question. Ces derniers visent à élargir et renforcer une rampe d’accès à l’une des portes de l’esplanade des Mosquées, celle dite des Maghrébins. L’esplanade des Mosquées abrite la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’Islam, et la mosquée du Dôme du Rocher. Elle aurait été bâtie sur le site du Temple juif de Salomon détruit par les Romains en l’an 70, plusieurs siècles après la destruction de cet édifice, dont l’ultime vestige est le Mur occidental (des Lamentations), haut lieu saint du judaïsme. Israël avait entamé début février des travaux de construction de cette rampe, accompagnés de fouilles archéologiques. La municipalité de Jérusalem les avait suspendus le 12 février, sans pour autant apaiser les autorités musulmanes. Le Waqf, organisme chargé de la protection des biens religieux musulmans, avait estimé que les travaux menaçaient les fondations de l’esplanade.Une mission technique turque, comptant des architectes, des historiens et des archéologues, avait cependant approuvé le projet après l’avoir examiné en mars.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc