×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agriculture: Le programme Sebt El Guerdane opérationnel

Par L'Economiste | Edition N°:3121 Le 05/10/2009 | Partager

. Un investissement global de 987 millions de DH . Objectif: irriguer 10.000 hectares Bénéficiaires: 600 exploitationsLa zone agrumicole de Sebt Guerdane dans la province de Taroudant ne devrait plus connaître de problèmes d’eau dans les années à venir. Le projet de sauvegarde du site est achevé. Il a été inauguré vendredi dernier par SM le Roi Mohammed VI. Pour Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et des Pêches maritimes, l’évènement est de taille. «Le projet a une grande portée socio-économique puisqu’il vise à faciliter l’accès à la ressource pour 600 exploitations (370 agriculteurs) dotées de mécanismes d’irrigation localisée», précise un communiqué du ministère de l’Agriculture. De fait, dans cette zone de 10.000 ha, les ressources en eaux souterraines s’amenuisent et les dégâts occasionnés ces dernières années par la dégradation des conditions d’exploitation des ressources hydriques ne sont pas des moindres. Ainsi, plus de 6.000 ha ont été abandonnés entre 1996 et 2003, car les nappes dans la région enregistrent un déficit crucial. Leurs niveaux chutent de 2,5 m/an. Cette situation oblige les agriculteurs à puiser l’eau à des profondeurs dépassant les 120 m. Une opération très coûteuse, on s’en doute.Aujourd’hui, c’est un nouveau souffle qui s’offre à la contrée. L’opération d’irrigation de 10.000 hectares à travers le transfert d’un volume d’eau annuel de 45 millions de m3 à partir du complexe hydraulique Aoulouz et le barrage Mokhtar Soussi permettra d’assurer une dotation de 4.000 m3/ha/an. Dans ce contexte, soulignons que l’impact socioéconomique est fort important. La démarche va, en effet, offrir une économie d’eau de 70 millions de m3 par an sur les eaux souterraines. C’est également une contribution à la généralisation de l’irrigation localisée. A noter de même que le projet de sauvegarde de la zone agrumicole de Sebt Guerdane est un exemple de partenariat entre public et privé, le premier au niveau international, portant sur la délégation de la gestion d’infrastructures d’irrigation. Ainsi la démarche qui lie le ministère de l’Agriculture et la société Amen Souss engage cette dernière à gérer le réseau de distribution de l’eau en assurant un approvisionnement durable et une tarification adéquate, est-il indiqué. Selon les termes du projet d’irrigation, il est prévu d’appliquer un tarif comprenant une part fixe annuelle sous forme d’abonnement (prépaiement de 20% du montant correspondant au volume souscrit par chaque agriculteur) et une redevance de consommation liée au volume consommé. Selon les responsables du projet, cette structure tarifaire permet de réduire les risques de non-paiement et de rationaliser le volume d’eau à distribuer. Soulignons aussi que le coût global de ce chantier inédit est de 987 millions de DH. L’opération a été financée à hauteur de 44% par le Fonds Hassan II, 44% par le concessionnaire Amen Souss et 8% à travers l’apport propre des agriculteurs. Pour rappel, le projet a consisté en la construction d’une adduction de 90 km et un réseau de distribution de plus de 300 km pour servir les agriculteurs de la zone. Sur le plan technique, il est aussi important de mettre en exergue que les responsables du chantier ont utilisé la technologie PRV pour réaliser les travaux dans les délais. «Le choix du PRV va permettre une réduction des pertes d’eau. L’avantage est également d’ordre financier; de plus ce matériau a une durée de vie supérieure à 50 ans», a indiqué à L’Economiste un intervenant dans le chantier.


Etapes

Outre les travaux déjà réalisés, le dossier a franchi plusieurs étapes importantes, notamment celle des souscriptions des agriculteurs. Tout a commencé en 2004 suite à l’opération d’attribution du chantier d’adduction et de distribution d’eau à usage agricole sur ce périmètre, à un consortium dont le chef de file est l’ONA. De ce groupement est né le délégataire Amen Souss, filiale de Nareva Holding à qui a été confiée la réalisation du projet pilote. Cette entreprise est également chargée d’exploiter le projet pendant trente ans. Aussi, aujourd’hui, le défi à relever, c’est la gestion d’une manière rigoureuse de la ressource pour assurer une pérennité du projet qui repose aussi sur le volume des précipitations. Espérons donc que les pluies seront régulières dans la région. Pour l’heure, le complexe hydraulique d’Aoulouz et le barrage Mokhtar Soussi sont suffisamment remplis.


Souss: 47 milliards de DH investis entre 2003-2007
Un total de 24.800 projets de création ou d'extension d'activités d'investissement ont été réalisés dans la région de Souss-Massa-Drâa durant la période 2003-2007, pour un montant global de 47,4 milliards de DH. Plus de 137.000 emplois ont été créés par ces projets dans les secteurs de l'immobilier (42%), du tourisme (23%), de l'industrie (17%), du commerce, des services et autres (18%).Malika ALAMI
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc