×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Agadir: Mouvement de colère à l’OFPPT

    Par L'Economiste | Edition N°:2411 Le 29/11/2006 | Partager

    . Port du brassard chez les formateurs. Notation sévère, emplois du temps chargé, manque de matériel à l’index . La direction régionale récuse ces allégations Depuis quelques jours, les formateurs de Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) à Agadir portent le brassard. «Vendredi dernier, ils ont même arrêté le travail pendant une heure», indique l’un de leurs représentants affiliés au syndicat Union marocaine du travail (UMT) . Selon lui, le mouvement social touche d’autres établissements du Souss Massa Draâ. A l’origine du mouvement de protestation: les notes attribuées au personnel. «La notation a été très sévère, et nombre de formateurs ont décroché des notes très basses, atteignant même 29/100 à la suite des évaluations. Cela risque de porter préjudice à l’évolution des carrières», indique un formateur. Contacté par L’Economiste, M’bark Boufoussi, directeur régional de l’OFPPT dans le Souss Massa Draâ, récuse ces allégations s’appuynat sur les procès verbaux (PV) de notation du personnel de plusieurs établissements. Des PV dans lesquels les notes tournent aux environs de de 60 à 70 sur 100. Quoiqu’il en soit, les représentants des formateurs ont refusé de signer ces PV. Mais la remise en question des notes n’est pas la seule source de cette tension. Les formateurs avancent ne pas bénéficier de tous les avantages sociaux. «Faux! tous les avantages sociaux accordés dans les autres régions d’implantation de l’organisme sont accordés au personnel du Souss Massa Draâ», réplique le responsable régional de l’OFPPT. «Mais ce n’est pas tout», insistent les protestataires. Selon eux, les emplois du temps sont trop chargés. Par ailleurs, ils disent souffrir d’un manque de matériels pour effectuer correctement leur tâche d’encadrement. Ce que réfute encore Boufoussi. Pour ce qui est des emplois du temps chargés, il affirme que les horaires de travail sont respectés et que les heures supplémentaires ne sont le fait que des formateurs qui les ont acceptés. «Et ils sont rémunérés pour cela», poursuit-il. Pour l’heure, les formateurs sous sa tutelle continuent à porter le brassard et envisagent de faire une grève dès la fin des examens, qui devraient se terminer aujourd’hui. A noter que l’OFPPT réunit dans le Souss 14 établissements qui emploient 178 formateurs pour encadrer près de 9.000 étudiants. De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc