×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    El Jadida en campagne contre les quartiers insalubres

    Par L'Economiste | Edition N°:2411 Le 29/11/2006 | Partager

    . De gros budgets consacrés au relogement des ménages. Objectif: Résorber les bidonvilles d’ici à 2008 De grands chantiers sont enclenchés pour l’éradication de poches d’insalubrité au niveau de toute la province d’El Jadida. Il s’agit de projets initiés dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme et les autorités locales de la région des Doukkala. «Les programmes sont bien avancés. La mise à niveau des quartiers sous-équipés de Bahara, Haroura et Mnadla et situés à la périphérie de la municipalité de la ville est bien entamée. Ces quartiers comptent quelque 1.700 ménages», indique Jamal Azim, délégué de l’Habitat et de l’Urbanisme (MHU) de la Province d’El Jadida. De fait, l’achèvement des travaux est prévu fin 2007. A noter que le financement de ce programme - d’un coût de 28,92 millions dirhams - se fait dans le cadre d’un partenariat entre le ministère, la collectivité locale et les bénéficiaires. Au programme également: le relogement des habitants des dernières poches d’habitat insalubre à l’extérieur du périmètre urbain. Ainsi, plus de 200 ménages seront relogés dans le site d’accueil Riad situé dans le secteur III. «Les travaux d’assainissement et de voirie, qui sont réalisés à 50%, ont nécessité une enveloppe budgétaire de 13 millions de dirhams», précise le délégué de l’Habitat. Mais le plus gros investissement est consacré au douar Quaria, situé sur le territoire de la commune rurale Bouhmame et limitrophe de Sidi Bennour. Le projet consiste en la restructuration de la plus grande «tâche noire» au niveau de la Province et qui s’étend sur une superficie de 65 hectares. Le douar compte 200 ménages avec une population estimée à 10.000 personnes. L’opération, dont les travaux d’assainissement sont en cours représente un investissement de 69 millions dirhams. Les habitants du douar Quaria sont d’origine paysanne. Ces derniers ont quitté leurs terres dans l’espoir d’une vie meilleure à Sidi Bennour. Vivant dans des habitations clandestines, ils exercent des métiers précaires. Leurs conditions de vie sont déplorables. De gros investissements sont aussi réalisés à Azemmour pour le relogement des «bidonvillois». Près de 260 ménages seront relogés dans le cadre du projet Qods, qui a bénéficié d’une enveloppe de 13 millions DH.Par ailleurs, la médina d’Azemmour fait actuellement l’objet d’un important programme de réhabilitation. Le coût de l’opération s’élève à 45,5 millions de dirhams. Une opération financée en totalité par le MHU (cf.www.leconomiste.com). Les travaux de la première tranche sont achevés, tandis que la seconde partie du projet est en cours de réalisation.


    Restructuration

    Un budget de 17,42 millions de dirhams a été alloué à la restructuration des quartiers Nakhla, Rquia Jillalia et Souani Mousse à Azemmour. Le plan vise l’éradication du fléau des bidonvilles d’ici à 2008. A noter que ce programme est confiée aux opérateurs publics Al Omrane et Erac-Centre. Le suivi de ce programme est assuré par une commission présidée par le gouverneur de la Province pour aplanir les difficultés et garantir la réussite des projets lancés. De notre correspondant, Mohammed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc