×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Agadir: La Ramsa se modernise

Par L'Economiste | Edition N°:2758 Le 17/04/2008 | Partager

. Système de télégestion du réseau d’eau potable. Un marché de 22 millions de DH LA Régie autonome multiservice d’Agadir (RAMSA) est désormais équipée d’un système de télégestion du réseau d’eau potable et d’assainissement du Grand Agadir. Pour ce faire, un bureau central de conduite (BCC) a été implanté au sein de l’établissement. Le projet représente un montant de 22 millions de DH. Il a été réalisé par l’entreprise Siemens. Ce n’est pas la première structure du genre à être équipée d’un tel dispositif. Les représentants de Siemens précisent que c’est le troisième BCC qu’ils ont été appelés à installer. En effet, Lydec (à Casablanca) et Radeef (à Fès) ont devancé en la matière la Ramsa. Et bientôt ce sera le tour de la régie des eaux de Taza. L’intérêt porté à ces équipements qui permettent la gestion intelligente des infrastructures est entièrement justifié, du fait de l’optimisation du fonctionnement de leurs ouvrages. «A Agadir, ce sont 14 réservoirs et 13 stations de relevage, sans compter les compteurs de contrôle de fuite que le système de télégestion va permettre de surveiller à distance», indique Mohamed Foutouhi, directeur de la Ramsa. A noter qu’auparavant l’opération était réalisée par le biais de tournées d’agents. Aujourd’hui, la surveillance du réseau d’eau potable et d’assainissement du Grand Agadir est automatisée, d’où une communication des informations sur l’état du réseau en temps réel. Ce qui va permettre d’optimiser les ressources et les procédures de traitement. «Par ailleurs, cela va générer une économie en consommation d’énergie et en coûts d’exploitations», avancent les dirigeants de Siemens. De son côté, Foutouhi met en exergue l’avantage du contrôle des fuites dans le réseau. Fuites dues à des installations techniques défectueuses. Parallèlement au projet d’installation du système de télégestion des réseaux, qui va rentrer dans sa seconde phase, Ramsa devrait démarrer cette année la deuxième tranche du chantier de l’assainissement liquide du Grand Agadir (www.leconomiste.com). C’est la zone nord qui est aujourd’hui concernée dans ce programme. Il s’agit de mettre en place 10 km d’ouvrage de collecte, une station de relevage de 1.500 kW, des ouvrages de traitement primaire pour 50.000 m3 par jour et de traitement secondaire pour 70.000 m3 par jour. Il est aussi question de réaliser les aménagements pour la collecte, le traitement et le rejet des eaux usées par l’émissaire d’évacuation en mer des affluents de la zone nord d’Agadir (Anza, Taddart, Aourir). A noter que cette deuxième tranche de l’opération d’assainissement liquide sera finalisée à l’horizon 2010 et nécessitera une enveloppe globale de 750 millions de DH. L’investissement à ce titre en 2008 est de 213 millions de DH.


Programme

PLUS de 13.000 branchements sociaux seront installés, cette année, par la Ramsa. L’objectif est de généraliser, à l’horizon 2010, le branchement de tous les foyers du Grand Agadir au réseau d’assainissement et d’eau potable. L’opération qui s’inscrit dans le programme INDH a un coût global de 200 millions de DH. A noter que, pour l’heure, la Ramsa compte 150.000 clients environ. Le réseau d’assainissement et d’eau potable dessert une population de plus de 700.000 habitants. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc