×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Bon démarrage du marché de l’automobile

Par L'Economiste | Edition N°:4710 Le 17/02/2016 | Partager
Hausse de 6,2% en janvier par rapport au même mois de 2015
L’Italie et l’Espagne affichent des progressions de plus de 12%

Le marché automobile européen démarre l’année en trombe avec une progression de 6,2% en janvier. Le marché a absorbé 1,06 million d’unités, selon les chiffres de l’Association des constructeurs automobiles européens (ACEA) rapportés par l’AFP. Le volume des voitures particulières neuves immatriculées dans l’Union reste toutefois loin des niveaux d’avant-crise. Presque 1,3 million d’unités avaient été mises en circulation en janvier 2008.

Volkswagen, en proie au scandale des moteurs truqués, n’a crû que de 0,8%. PSA Peugeot Citroën (+3,9%) a mieux fait que le groupe Renault (+0,7%). Selon l’ACEA, le rythme de croissance du marché a été inférieur à la progression enregistrée sur l’année 2015 (9,3% pour 13,7 millions d’unités), mais largement supérieur aux prévisions (+2%). L’embellie de l’automobile européenne tient aux performances notamment en Italie et en Espagne avec une croissance respectivement de 17,4 et 12,1% en janvier. D’autres marchés ont progressé plus modérément: +3,9% en France, +3,3% en Allemagne et +2,9% au Royaume-Uni.

VW conserve le rang de premier groupe européen, accaparant 24,2% des immatriculations. Mais le géant allemand a perdu des parts de marché par rapport à janvier 2015 (-1,3 point). Sa marque vedette Volkswagen, qui représente la moitié de ses immatriculations, est dans le rouge sur le mois (-3,8%) mais sa marque de luxe, Audi, reste en forme (+13,7%).PSA détient 10,6% de part de marché.  Sur la même lignée, toutes ses marques progressent, que ce soit Citroën (+4,9%), Peugeot (+3,3%) ou DS (+4,5%). Renault complète le podium avec 9,1% du marché européen. La marque au losange (+1,1%) fait mieux que le «low-cost» Dacia (-0,1%). En revanche, Ford avec +11,4% passe à 7,1% de part de marché et surclasse pour quelques milliers d’unités Fiat-Chrysler. Le groupe américano-italien bondit de 14,4% grâce à Fiat (+13,7%) et encore plus à Jeep (+34,1%).

Le groupe Opel (General Motors) démarre bien lui aussi l’année (+12,2%) et talonne Fiat-Chrysler de seulement 12 unités. Suivent deux spécialistes allemands du luxe, BMW et Daimler. Le groupe bavarois (BMW et Mini) l’emporte en volume (60.500 unités) mais avec +4% croît moins que son rival de Stuttgart (Mercedes-Benz et Smart). Ce dernier a mis en janvier 56.300 voitures neuves sur les routes européennes, une hausse de 8,5%. D’autre part, Toyota a immatriculé 50.000 unités (+2,8%) tandis que l’allié de Renault, Nissan (40.900 voitures), a perdu du terrain (-4,2%). Les frères sud-coréens Hyundai (+8,9%) et Kia (+13,2%) détiennent à eux deux 6% du marché européen.

Enfin, le groupe spécialisé dans le luxe Jaguar-Land Rover, propriété de l’indien Tata, s’est offert une croissance de 53,8%, conséquence apparente de l’arrivée de la berline moyenne XE dans la gamme de Jaguar. Cette marque a vu ses immatriculations enregistrer une hausse de +162,4%. Alors que le marché automobile mondial a réalisé en 2015 sa plus faible croissance depuis 2010, à environ + 1,5%, en raison des difficultés rencontrées sur de nombreux marchés émergents, les analystes d’IHS Automotive tablent sur un léger mieux en 2016, à + 2,7%, pour un volume de 89,8 millions de véhicules légers vendus. Ils prévoient que la croissance sera moins forte aux Etats-Unis et en Europe mais qu’elle restera solide (http://www.ccfa.fr/). «Les taux d’intérêt seront un peu moins porteurs aux Etats-Unis, mais les conditions d’achat resteront favorables, suffisamment pour envisager une croissance en 2016 et 2017 et atteindre les 18 millions d’unités à cette échéance (contre 17,5 millions en 2015)», explique le cabinet d’études.

 F. Z. T.
 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc