×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le Maroc dans l’évaluation de 2018

Par L'Economiste | Edition N°:4706 Le 11/02/2016 | Partager
La demande officiellement transmise à l’OCDE

Sophie Vayssettes, analyste à la direction de l’éducation de l’OCDE: «Il faut investir et mettre en place des réformes. Il y a besoin de travailler sur l’infrastructure et mettre en place une formation initiale de qualité et une formation continue pour les enseignants surtout avec la percée technologique et les différents types d’enseignements mis en place» (Ph. OCDE)

- L’Economiste: Les pays du sud-est asiatique reviennent souvent dans les premiers rangs. Qu’est-ce qui expliquerait leur performance?
- Sophie Vayssettes:
Les performances concernent aussi bien les mathématiques que l’écrit et les sciences. Ceci s’explique en grande partie par la culture de ces pays qui investissent beaucoup dans l’éducation. Tout le monde est impliqué : les parents, les professeurs sont reconnus et respectés. Ils ont un rôle important et primordial au niveau de  la société. Il y a toute cette reconnaissance et cette importance de l’éducation qui est valorisée dans ces pays qui restent le plus compétitifs et cherchent à augmenter leur performance dans l’éducation.
- 1 élève sur 4 n’atteint pas le niveau de seuil de compétences. Ne faut-il pas axer les réformes sur le contenu des programmes?
- C’est surtout une approche pluridimensionnelle. Tous les pays ne sont pas à la même enseigne. Il existe plusieurs types de politiques et de réformes à mettre en place, selon les caractéristiques de chaque pays. C’est surtout dans la manière d’enseigner et diagnostiquer rapidement les élèves qui sont en difficulté. De manière à éviter justement cet échec et cette spirale qui se met en place: rejet de l’école, échec et désengagement des élèves.  Il y va aussi des attitudes négatives que développent les élèves à l’école. Donc des résultats qui sont moins bons et des attitudes de moins en moins positives. C’est un cumul qui se renforce.
- Que proposez-vous pour la formation des enseignants?
- Il y a un apprentissage à faire aussi auprès des enseignants. Il faut leur apprendre la manière de s’occuper de ces élèves en difficulté et surtout mettre en place des pédagogies différenciées. En Finlande, des diagnostics assez rapides se font auprès des élèves en difficulté. Des réunions régulières se font entre les professeurs et les parents de l’élève. Assistantes sociales, infirmière, directeur de l’école … se mobilisent pour aider les élèves peu performants. Ceci passe aussi par une amélioration de la qualité au niveau des enseignants.
- L’OCDE n’a pas encore élargi l’enquête PISA au Maroc. Quelles en sont les raisons?
- Le Maroc ne participe pas à PISA, parce qu’il n’avait jamais montré d’intérêt. Ce n’est pas nous qui choisissons les pays, mais c’est eux qui viennent à nous. Mais, le Maroc va faire partie de la prochaine évaluation de 2018. C’est le ministère de l’Education qui a en fait la demande. Les résultats seront connus en 2019.
- Les maths continuent d’effrayer les élèves, pourquoi?
- Cela dépend des pays. Mais souvent cette matière effraie les élèves, car il y a beaucoup d’attentes. Pour réussir les études, certains pays demandent aux élèves d’avoir des bons résultats principalement en mathématiques. Du coup, il y a une attente très importante qui développe une anxiété et du stress chez les élèves qui veulent réussir.

Propos recueillis par
Fatim-Zahra TOHRY
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc