×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    FAO: «Le stress hydrique n’est pas une fatalité»

    Par L'Economiste | Edition N°:4627 Le 14/10/2015 | Partager
    Les probabilités de cycles d’années sèches sont élevées
    Les possibilités d’optimisation de la ressource existent
    Le concept du plan Maroc Vert s’exporte en Afrique

    D’ici 25 ans, le stress hydrique s’installera au Maroc. D’après les projections de l’Institut des ressources mondiales, le Maroc figurera parmi les 20 pays les plus touchés

    La raréfaction des ressources en eau pèse sur la sécurité alimentaire. «C’est le cas du Maroc qui est confronté au stress hydrique avec des défis importants sur le plan agricole», indique Michael George Hage, représentant de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) au Maroc.
    Les études ont montré que malgré l’effort de mobilisation, les ressources en eau par habitant vont diminuer de 15% d’ici 2030 et de 20% d’ici 2040 en raison de la croissance démographique. «La raréfaction de l’eau au Maroc va aller en s’aggravant d’autant plus que les probabilités de cycles d’années sèches sont élevées et que les hauteurs de pluies et les apports d’eau risquent de diminuer sous l’effet du changement climatique», alerte le représentant de la FAO.
    Plusieurs options sont possibles pour assurer la sécurité alimentaire dans des conditions de pénurie d'eau: «une comptabilité rapide de l'eau, un audit ou encore une courbe des coûts». Enfin, une «analyse des lacunes» permet d’identifier les contraintes en matière de gestion de l'eau destinée à l’agriculture.  
    Le constat de la FAO rejoint celui de l’institut américain WRI (Institut des ressources mondiales), qui s’appuie sur les données émanant du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Les projections du WRI indiquent que le Royaume fera partie des 20 pays les plus durement touchés par les problèmes de l’eau. Pour ne pas être pris de court, le Maroc a développé une stratégie pour préserver ses ressources hydriques depuis plusieurs années, assortie d’une charte nationale de l’environnement. Le plan national de l’eau, destiné à assurer la sécurité hydrique du Royaume, nécessitera plus de 200 milliards de DH à l’horizon 2030 (cf. notre édition N° 4597 du 31/08/2015).
    D’autres pistes pour économiser l'eau seront sûrement présentées lors de la journée mondiale de l'alimentation 2015. Celle-ci sera célébrée le vendredi 16 octobre sous le thème: «Protection sociale et agriculture: briser le cercle vicieux de la pauvreté rurale». Cette journée coïncide avec le 70e anniversaire de la création de la FAO. Cette dernière a lancé plusieurs initiatives dont certaines préconisent des solutions à la rareté de la ressource hydrique tandis que d’autres ciblent la sécurité alimentaire.
    L’assistance technique de la FAO au Maroc est axée sur l’appui aux politiques et sur des stratégies de développement durable dans le cadre du Plan Maroc Vert. Cette assistance est définie par le Cadre de programmation pays 2013-2016 qui a identifié quatre domaines prioritaires concernant l’agriculture, la nutrition, la pêche et les forêts. «Le plan Maroc Vert est une stratégie novatrice qui a contribué à l’atteinte de l’OMD1 (éliminer l’extrême pauvreté et la faim) par le Maroc deux ans avant échéance», précise Michael George Hage. Le plan joue «un rôle déterminant dans la sécurité alimentaire au Maroc et inspire de nombreux pays en Afrique», poursuit-il.
    L’organisation a élaboré aussi une approche «avant-gardiste» pour la Croissance Bleue au Maroc. Aussi, le ministère de l’Artisanat et de l’Economie Sociale et Solidaire et la FAO ont procédé à la signature d’un projet de coopération technique portant sur l’élaboration d’une loi cadre de l’économie sociale et solidaire. Au Maroc, l’agriculture familiale concerne 70% de la population agricole.
    Le travail de la FAO englobe aussi l’appui à la gestion de l’eau d’irrigation, la lutte intégrée contre les ravageurs de cultures, la lutte contre les maladies transfrontalières comme la fièvre aphteuse et le charançon rouge du palmier. L’organisation a également été l’éditrice de la certification de produits de terroir au Maroc.

    Le portefeuille-projets en cours

    IL y a un appui à l’observatoire national du développement humain (ONDH). Il est question d’évaluer les effets des programmes publics sur la situation et l’évolution de l’inclusion et du développement humain de la petite agriculture familiale (PAF) dans les divers espaces agro-écologiques du pays.
    - Amélioration de la chaîne de valeur des produits camelins. Ce projet vise à renforcer la capacité des éleveurs pour la valorisation de tous les produits camelins en leur apportant de nouvelles connaissances et de nouvelles technologies.
    - Un projet est en cours de finalisation pour la promotion de la culture du Quinoa (ressemble à une céréale) au Maroc. L’assistance permettra aux cadres marocains de maîtriser des techniques culturales et la valorisation de la culture.
    - En réponse à une requête du Secrétaire général de l’UMA, un projet sur l’intégration de l’employabilité des jeunes en milieu rural dans les politiques et les stratégies nationales des pays du Maghreb a été formulé. Il est financé par les fonds de coopération technique de la FAO pour une durée de 2 ans.
    - Dans le cadre du Mécanisme de soutien du programme multipartenaires de la FAO (FMM), un projet est en cours pour permettre aux femmes de bénéficier de façon plus égale des chaînes de valeur agro-alimentaires. Le projet appliquera une approche genre, afin de prendre en considération les besoins spécifiques des hommes et des femmes vulnérables et d'éviter le renforcement de tendances discriminatoires.

    Fatim-Zahra TOHRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc