×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

PSA Peugeot-Citroën
Un moteur «marocain» pour démarrer

Par L'Economiste | Edition N°:4552 Le 22/06/2015 | Partager
Le constructeur cible un taux d’intégration de 80%
Un sourcing local de 11 milliards de DH par an

Avec l’arrivée de PSA Peugeot Citroën, les équipementiers locaux pourront progressivement monter en régime. Ce qui permettra d’atteindre dès le départ un taux d’intégration prévisionnel de 60% pour le nouvel arrivant et de relever celui de Renault Tanger.

Un projet industrialisant pour la filière automobile. Dès le départ, PSA Peugeot-Citroën cible un taux d’intégration de 60% pour le porter à moyen terme à 80%. Les premiers véhicules à sortir en 2019 devraient être équipés d’un moteur de fabrication locale. Mieux, le constructeur projette également l’exportation de 200.000 moteurs et autant de véhicules. Pari donc réussi pour Moulay Hafid Elalamy, qui croit dur comme fer au projet. Le ministre de l’Industrie affirme que le Maroc compte atteindre 100 milliards de DH d’exportations dans le secteur automobile à l’horizon 2025. Un objectif devenu réalisable grâce à l’implantation de l’usine PSA Peugeot- Citroën. Le projet que L’Économiste a déjà annoncé, (éditions du 16 et du 17 juin), a été validé vendredi 19 juin. Le constructeur français investira 557 millions d’euros (6 milliards de DH) dans la construction d’une unité de production dans la commune Ameur Seflia (région du Gharb). Les travaux de construction sont prévus pour 2016. Les premières voitures sont attendues en 2019. Le Royaume sera présent dans les radars de la construction automobile, avec une capacité de production de 600.000 véhicules (y compris Renault Tanger) que le plan d’accélération industrielle ambitionne de porter à 800.000 à l’horizon 2020.
Au total, la nouvelle usine devrait acheter chaque année pour 1 milliard d’euros (plus de 11 milliards de DH) de composants sur le marché local. L’arrivée du numéro 2 de l’automobile français aura un effet d’entraînement sur toute la filière. Outre l’impact sur le chiffre d’affaires de tout l’écosystème automobile, l’investissement de Peugeot devrait attirer de nouveaux équipementiers. L’effet structurant se situera au niveau de l’accroissement de la production de composants automobiles. Ce qui viendra combler le besoin aussi bien de Renault, de Peugeot que des autres constructeurs automobiles qui importent directement  des pièces détachées du Maroc tels que Ford et Volkswagen. Si Renault n’a toujours pas pu dépasser un taux d’intégration de 40%, ce n’est pas faute de volonté, mais parce que les fournisseurs locaux ne sont pas en mesure de monter en régime. Pour y arriver, il fallait l’implantation d’au moins un deuxième constructeur. C’est la raison pour laquelle Peugeot devrait démarrer par un taux d’intégration de 60% pour atteindre, une fois la vitesse de croisière atteinte, 80%. La montée en régime des équipementiers locaux permettra à Renault Tanger d’augmenter le niveau de son sourcing local.
L’investissement de Peugeot devrait générer 4.500 emplois directs (dont 1.500 ingénieurs et techniciens supérieurs) et 20.000 indirects dans les filières de la fourniture de composants et d’ingénierie. Des postes qui viendront s’ajouter aux 73.000 déjà existants dans le secteur jusqu’à fin 2014. Le challenge pour le gouvernement est d’atteindre 163.000 emplois dans cinq ans.
«Le projet que nous comptons réaliser au Maroc s’inscrit dans la stratégie de redressement que nous avons baptisée Back In The Race et qui a permis de réaliser d’excellents résultats en 2014. A présent, il est temps de préparer l’avenir. Ce qui passe par la conquête de nouveaux marchés et le renforcement de notre présence», déclare Carlos Tavares, président du directoire de PSA Peugeot Citroën, qui avait été reçu par le Souverain. La construction d’une unité de montage au Maroc s’inscrit dans la stratégie de croissance du géant de l’automobile français. Ce dernier compte s’attaquer au marché africain et moyen-oriental, qui présente un énorme potentiel de croissance. D’après les estimations de Peugeot-Citroën, les ventes de voitures en Afrique pourraient s’élever à 8 millions d’unités en 2025. Avec les 200.000 véhicules produits au Maroc, il espère en écouler 1 million sur le marché africain dans cinq ans.
Le président de PSA Peugeot reste discret sur les modèles qui sortiront des lignes de production de son usine marocaine et se contente de préciser qu’il s’agit des segments B et C.

Le premier secteur exportateur

L’ automobile fait partie des métiers mondiaux du Maroc qui représente actuellement le premier poste d’exportation. Avec un chiffre d’affaires de 55 milliards de DH, les ventes à l’étranger ont atteint 40 milliards de DH l’année dernière, dont 20 milliards de DH pour l’usine Renault Tanger. Le reste étant exporté par les équipementiers. Selon les estimations d’une source proche du dossier, Peugeot pourrait exporter à terme plus de 30 milliards de DH. Le secteur de l’automobile est le plus dynamique à l’export et surpasse les phosphates puisque depuis 2012, il enregistre une progression annuelle de 26% contre 11,5% pour l’électronique et 8,5% pour l’agroalimentaire.

Hassan EL ARIF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc