Entreprises

Dolidol monte une usine à Abidjan

Par L'Economiste | Edition N°:4546 Le 12/06/2015 | Partager
Un investissement de 11 millions d’euros
Une première étape du groupe dans le déploiement subsaharien

Selon le management de Dolidol, «la capacité annuelle à Abidjan pourra atteindre 6.000 tonnes de mousse polyuréthane, avec une production de 1.500 matelas/jour»

Le groupe Palmeraie Industries et Services nourrit de grandes ambitions en Côte d’Ivoire. Le PDG Saad Berrada Sounni vient de signer une convention d’investissement avec l’Etat ivoirien pour l’implantation d’une usine de matelas Dolidol, à Yopougon, dans la zone industrielle d’Abidjan.  Forte d’un investissement de 11 millions d’euros (plus de 110 millions de DH), l’usine sera opérationnelle à partir du début 2016. Dans un premier temps, la société Uni Confort Côte d’Ivoire Dolidol  (UCCI Dolidol, c’est son nom) permettra la création de 300 emplois directs. La superficie de l’unité de fabrication de matelas s’étend sur 17.000 mètres carrés. La capacité annuelle de production pourra atteindre 6.000 tonnes de mousse polyuréthane, avec une production journalière de 1.500 matelas. L’ambition du groupe Palmeraie Industries est de parvenir à desservir également les pays voisins, tels que le Ghana, le Burkina Faso, le Mali, la Guinée ou encore le Libéria à partir du hub d’Abidjan. «La qualité du partenariat que nous avons avec l’Etat ivoirien nous a permis de travailler de manière rapide et efficace depuis la présentation du projet en janvier dernier», signale Saad Berrada Sounni. Selon le PDG du groupe marocain, la notion de hub à Abidjan est stratégique: «Notre implantation en Côte d’Ivoire vient renforcer le développement international du groupe, notamment en Afrique. Abidjan est un hub régional qui nous permettra à terme de desservir la sous-région». Avant d’opter pour l’implantation en Côte d’Ivoire, le groupe marocain a mené une série d’études sur les habitudes des ménages, les produits, l’ameublement, les modes de distribution, de consommation… afin de dégager les fortes tendances et identifier les besoins spécifiques ainsi que les réseaux de commercialisation. Ce sont ces bases de données (études et analyses de marché) qui permettent de prendre en considération les goûts, les attentes, les spécificités par région… Dolidol compte prendre en compte ces paramètres pour adapter le produit et décliner une offre sur mesure. Parmi les fortes tendances qui se dégagent en Afrique subsaharienne, la préférence de la literie et fauteuils, plutôt que les banquettes de salons.  Le groupe Dolidol n’est pas le seul à flairer de bonnes affaires dans le matelas à l’échelle continentale, Richbond prévoit aussi de déployer 50% de ses activités en Afrique. Le groupe Tazi privilégie aussi la Côte d’Ivoire en tant que premier pays d’implantation. Un choix qui se justifie par le positionnement de ce pays, porte d’entrée de l’Afrique de l’Ouest. Richbond compte monter des unités de production, notamment via l’activité plastique pour articles ménagers (via sa filiale Simec) ainsi que le textile/matelas, pour l’ameublement literie à travers la société éponyme. Les unités de Richbond seront a priori opérationnelles dès début 2017 en Côte d’Ivoire. Créée au début des années 70 par le groupe Berrada, la société Dolidol est l’une des principales références, aux côtés de Richbond, dans l’ameublement/literie. L’entreprise compte de nombreuses unités de production spécialisées dans la fabrication de mousse polyuréthane, de literie, d’ameublement, de textile non tissé, menuiserie industrielle ainsi qu’une plateforme logistique.
A. R.
 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc