×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Contreplaqué latté
    Les importations égyptiennes jugées coupables

    Par L'Economiste | Edition N°:4546 Le 12/06/2015 | Partager
    La marge de dumping atteint 28,13%, contre les 2% tolérés
    Aucune mesure de sauvegarde pour le moment

    Les importations du contreplaqué latté égyptien sont ressorties en hausse depuis 2010. Leur marge de dumping dépasse les 28%. Un seuil bien plus important que les 2% tolérés. Le produit importé vient ainsi affaiblir la production nationale déjà ramollie par une conjoncture difficile
     

    Les importations de contreplaqué latté en provenance d’Egypte ont bien contribué à enfoncer la production nationale. Le ministère de l’Industrie et du Commerce confirme les dégâts après une enquête qui a duré une année. En 2011, c’était le contreplaqué chinois qui était mis en cause. La dernière enquête a été déclenchée suite à la requête de Cema Bois de l’Atlas qui juge le contreplaqué égyptien similaire à ses produits. Ceux-ci sont utilisés dans la promotion immobilière, l’artisanat, la conception de meubles, parquets et murs d’intérieur. Le produit visé porte sur les feuilles de bois dont chacune n’excède pas une épaisseur de 6 mm. Il est composé de deux types: contreplaqué latté bois divers et contreplaqué latté essence fine.
    La marge de dumping (calculée sur la base du prix d’exportation) s’élève à 28,13%. Un pourcentage qui dépasse largement le seuil toléré, soit un peu moins de 2%. L’enquête a également fait ressortir une marge de sous-cotation globale dépassant les 35%. En cause, un prix de vente du contreplaqué latté égyptien beaucoup plus inférieur à celui des produits locaux. Les importations massives sont venues affaiblir un secteur qui traverse une conjoncture déjà difficile. La compétitivité du produit en est d’autant plus menacée. «La production nationale du contreplaqué latté a connu une détérioration notable matérialisée par la dégradation effective de ses indices de performance», soutient le ministère. En dehors du dumping égyptien, les autres facteurs identifiés (les importations en provenance de pays tiers, la contraction de la demande ou encore le changement de comportement commercial) ne semblent pas un élément déterminant dans la détérioration de l’industrie nationale.
    Pour l’heure, aucune mesure antidumping provisoire n’est envisagée. Les résultats de l’enquête préliminaire du ministère sont disponibles sur son site internet. Les parties intéressées ont jusqu’au 1er juillet 2015 pour soumettre leurs remarques, commentaires ou tout complément d’information.
    A. Lo.
     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc