×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    CIH renforce son plan d’investissement

    Par L'Economiste | Edition N°:4426 Le 23/12/2014 | Partager
    La banque compte lever 1 milliard de DH
    Son programme de développement porte essentiellement sur les volets logistiques et informatiques

    CIH reste raisonnable par rapport à ses résultats prévisionnels. Malgré le lancement de son programme de développement triennal 2014-2016, la banque table sur des revenus en quasi stagnation à 1,4 milliard de DH. Les bénéfices quant à eux devraient afficher une progression de 1,5% à 465 millions de DH

    CIH Bank sollicite à son tour les institutionnels. C’est la troisième banque de la place à sortir sur le marché obligataire. Elle compte y lever 1 milliard de DH. Une émission qui vise à renforcer son plan de développement triennal 2014-2016. Il comprend la première année un budget de 195 millions de DH (117 millions de DH pour la logistique et 78 millions de DH en Informatique et systèmes d’informations). L’investissement devrait quasiment doubler en 2015. CIH Bank prévoit une enveloppe de 332 millions de DH, dont 27% pour les services informatiques et 73% pour la logistique. Cette partie concerne essentiellement «l’extension et la mise à niveau des infrastructures et équipements du réseau commercial», peut-on lire sur la note d’information de l’emprunteur. Les investissements devraient se maintenir en 2016, le plan de développement réserve un budget de 339 millions de DH ventilé en 250 millions de DH pour la logistique et 89 millions de DH pour le système d’information.
    La banque, qui migre vers une banque universelle, prépare sa mutation. Elle prévoit plusieurs agencements dans son mode opérationnel, gestion des risques et qualité. Le développement du réseau devrait ainsi se poursuivre avec un objectif d’ouverture de 20 nouvelles agences chaque année. Au terme du premier semestre, la banque comptait 233 agences fin juin 2014 contre 229 à un an auparavant. Au-delà de la présence physique, CIH Bank veut surfer sur la vague des nouvelles technologies et devenir une banque 2.0. Elle compte dans ce sens sur un reengineering des process visant à industrialiser davantage les processus back-office et ainsi optimiser les ressources.
    En parallèle, CIH Bank s’est alliée à l’un des leaders du marché de l’assurance. Elle vise l’acquisition de 10% du capital d’Atlanta pour 409 millions de DH (cf. L’Economiste du 10 septembre 2014). La prise de participation dans l’assureur vient ainsi conforter le processus de diversification entrepris par la banque. Sans écarter pour autant son cœur de métier, la distribution des crédits immobiliers. Portée sur le social, la banque prévoit la mise en place d’un programme d’émissions obligataires plafonné à 3,7 milliards de DH sur une période de 5 ans. Elle vise même la titrisation de créances ou encore le lancement des émissions obligation sécurisée hypothécaire (OSH), une fois la loi promulguée.
    Ces actions traduisent essentiellement la volonté de la CIH Bank de décoller de la barre des 3% de part de marché. Les indicateurs financiers de la banque devraient réagir en conséquence. La tendance est pour l’heure à la quasi-stagnation. Le produit net bancaire (social) devrait se maintenir aux alentours de 1,4 milliard de DH. Le résultat net prévisionnel s’élèvera, quant à lui, de 1,5% à 465 millions de DH à fin décembre contre 458 millions de DH l’année précédente.
    A. Lo

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc