×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Financement PME AWB et les grands comptes se mobilisent

    Par L'Economiste | Edition N°:4426 Le 23/12/2014 | Partager
    Une offre pour l’accompagnement des écosystèmes des grands donneurs d’ordre
    51 milliards de DH de commandes à réserver aux PME et TPME locales d’ici 2018
    Mise en place d’une plateforme de référencement des marchés privés

    Le Maroc fait mieux en termes de financement des PME dans la région Mena. En revanche, il est loin des pratiques sur les marchés plus matures

    En attendant les résultats, en avril 2015, du programme de financement additionnel de 10 milliards de DH pour les PME et 5 milliards de DH pour les TPE, Attijariwafa bank va s’attaquer spécifiquement aux entreprises industrielles avec son dispositif d’accompagnement des écosystèmes. L’offre dévoilée en présence de Mohamed El Kettani, président directeur général d’Attijariwafa bank, Miriem Bensalah, présidente de la CGEM, et des responsables d’entreprises publiques et privées, sera axée sur les conventions avec les grands donneurs d’ordre. Cosumar, Holcim, l’OCP et l’ONEE sont les premiers signataires.
    La banque va jouer un rôle de facilitateur dans la relation entre les donneurs d’ordre et les entreprises. Ce rôle inclut la mise en place d’une offre de financement des investissements ou encore des besoins de fonctionnement des fournisseurs dans les écosystèmes à des conditions préférentielles. Les entreprises vont par exemple bénéficier d’une réduction de moitié des frais d’étude de dossier et d’un taux privilégié pour la souscription à l’un des produits de financement de l’investissement. Plus globalement, «le but de ces conventions est de mieux connaître le tissu de PME et TPME qui gravitent autour d’un donneur d’ordre afin de mieux cerner leurs besoins et proposer des financements adaptés», confie Hassan Bertal, directeur général adjoint en charge du marché de l’entreprise à Attijariwafa bank. Une caravane composée des équipes de la banque et des grandes entreprises ira à la rencontre des prestataires. Ceux-ci vont notamment bénéficier d’une formation au référencement et au soumissionnement aux marchés.
    Au-delà des problèmes de financement, l’une des difficultés pour beaucoup d’entreprise est l’identification des marchés. Cette contrariété sera en partie dépassée avec l’instauration d’une plateforme de référencement des commandes à l’image du portail marocain des marchés publics. L’infrastructure sera opérationnelle incessamment et est supposée faciliter l’accès des PME et des toutes petites structures à la commande privée. Le plan d’action de la commission Grande entreprise/PME de la CGEM prévoit de réserver 51 milliards de DH de commandes des grandes entreprises aux PME et TPME locales. Pour profiter de ces marchés, beaucoup de PME doivent changer de modèle, s’accordent à dire les experts. «Les petites entreprises ne sont pas assez conscientes des règles à respecter en termes de gouvernance, de sécurité. Nous nous engageons à leur faire passer ces étapes, à les accompagner», relève Christophe Siraudin, directeur administratif et financier à Holcim.
    F. Fa.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc