×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

La Bourse, toujours en attente d’investisseurs

Par L'Economiste | Edition N°:4331 Le 04/08/2014 | Partager
Les institutionnels se positionnent à l’achat au second trimestre
Les entreprises marocaines et étrangères, plutôt orientées vers la vente

Au second trimestre 2014, la part des institutionnels dans les achats a progressé de 21%. Même constat pour les personnes physiques marocaines dont la part grimpe de 7%. Les interventions des investisseurs étrangers  se sont également améliorées de 18%. Par contre, celles des OPCVM et entreprises étrangères baissent respectivement de 41% et 68%.

Encore un semestre de faibles réalisations pour la Bourse. La place hésite à se trouver une tendance depuis le mois de janvier dernier. Surtout après avoir enchaîné plusieurs années de contre-performances. Il en ressort un climat d’attentisme qui semble s’éterniser faute d’opérations motivantes pour les investisseurs locaux ou étrangers. Au terme du premier semestre, les volumes des échanges sur le marché central ont enregistré de fortes baisses. Ils sont ramenés à 4,8 milliards de DH, en repli de 27%, en glissement annuel. Selon le rapport du CDVM sur les profils des investisseurs, ce sont les OPCVM, mais aussi les investisseurs étrangers, qui ont décidé de profiter du trend baissier de la place. Positionnés principalement en tant qu’acheteurs, les OPCVM ont réussi leur pari. Le montant des transactions a  accusé une hausse de 69% à 3,4 milliards de DH en une année. Et ce, en dépit du recul de poids de 15 points de leurs opérations, passant en un trimestre de 42 à 27%. Par contre, le scénario est tout autre pour les personnes physiques étrangères. Leurs interventions sur le marché central sont de près de 39% au terme du premier semestre. La régression est bien plus conséquente du côté des investisseurs institutionnels. Leur chiffre d’affaires sur le marché s’est délesté de plus de 53% à 3,7 milliards de DH même si leur part des achats réalisés s’est améliorée de 10 points à 42%. Lancée initialement dans des opérations de ventes, cette catégorie a décidé de changer d’approche d’un trimestre à l’autre. Elle s’est positionnée en tant qu’acheteur sur les trois derniers mois. Et pour cause, les placements du Trésor sur le marché monétaire ont amélioré favorablement la situation des caisses de l’Etat. Jusqu’au mois de juin, les opérations du Trésor ont engendré une injection de liquidité de 2,1 milliards de DH grâce notamment au remboursement de la dette intérieure ainsi que le règlement des dépenses de la compensation.
Toutefois, les personnes physiques marocaines et étrangères se sont particulièrement positionnées à la vente. Celles-ci manifestent de plus en plus leur réticence au marché en raison notamment d’une valorisation encore élevée des principaux titres de la place. Il est vrai que même si la baisse des cours se maintient, le marché reste assez cher. A l’image de la dizaine de valeurs composant l’indice MSCI (Maroc Telecom, Attijariwafa bank, Addoha, BCP, BMCE, Lafarge Ciments, Managem, Wafa Assurances et la CGI) qui sont ainsi jugées chères par plusieurs investisseurs. Ce qui pénalise davantage l’attractivité du marché.
Cherchant plus de liquidités, les opérations de vente se sont révélées plutôt bénéfiques pour ces catégories d’investisseurs. Les interventions des personnes physiques marocaines se sont améliorées d’un semestre à un autre de 15% à 1,1 milliard de DH. Le chiffre d’affaires enregistré par les entreprises étrangères sur le marché central a progressé de 17% à 20 millions de DH.
A.Lo

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc