×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Politique de voisinage
    Les nouvelles promesses de Bruxelles

    Par L'Economiste | Edition N°:4280 Le 21/05/2014 | Partager
    L’UE va maintenir son soutien en dépit des difficultés, selon le commissaire européen
    Les négociations sur l’accord de mobilité et de réadmission reprendront bientôt
    Rabat appelle à l’accélération du décaissement des fonds

    Pour Stefan Füle, commissaire européen chargé de la politique de voisinage, cette visite s’inscrit dans le cadre de «l’approfondissement du partenariat entre le Maroc et l’UE, en vue d’exploiter son potentiel pour renforcer le développement économique, la création d’emplois et l’inclusion sociale»

    En quittant Bruxelles pour sa visite de deux jours au Maroc, Stefan Füle, commissaire européen chargé de la politique de voisinage, a affirmé que «la relation de l’UE et du Maroc doit bénéficier d’une ambition et d’une impulsion renouvelées». C’est dans ce cadre que s’inscrivent ses rencontres avec différents responsables gouvernementaux et parlementaires, ainsi qu’avec les représentants de la société civile. L’objectif est de discuter des différents volets du partenariat liant le Maroc à l’UE. Au menu des discussions, des dossiers prioritaires comme l’Aleca, le partenariat pour la mobilité ou encore l’accord sur la participation de Rabat aux opérations de maintien de la paix de l’Union européenne. Le commissaire européen a indiqué que «les négociations sur l’accord de mobilité et celui sur la réadmission vont reprendre bientôt». Pour Stefan Füle, il s’agit «d’approfondir davantage ce partenariat au profit des populations». L’idée est «d’exploiter le potentiel de cette coopération, pour renforcer le développement économique, la création d’emplois et l’inclusion sociale», a-t-il affirmé après sa rencontre avec Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères.
    Le responsable européen a insisté sur le processus de réformes mené par le Maroc, et l’appui apporté par l’UE dans ce domaine. D’ailleurs, Füle a «encouragé Rabat à maintenir cet élan». Il a assuré «qu’en dépit des contraintes budgétaires que connaît l’UE actuellement, nous allons maintenir nos efforts dans ce sens». Surtout que «ces réformes constituent le fondement même et le moteur de notre partenariat». Car, la mise en œuvre de ces réformes est liée à la mobilisation des financements. Sur ce point, Mohamed Boussaid, ministre des Finances, a affirmé que «l’UE est disposée à développer davantage son soutien financier pour accompagner les grands chantiers de réformes». Il s’agit des refontes des réglementations fiscale et budgétaire, ainsi que la réforme de la justice. Boussaid a profité de la réunion avec le commissaire européen pour exprimer «l’ambition du Maroc de recevoir plus de soutien de la part de l’UE». Le ministre des Finances a appelé à «améliorer l’opérationnalisation d’un certain nombre de programmes afin d’accélérer le décaissement des fonds».
    L’idée est de passer à la vitesse supérieure en matière de décaissement, pour «remplir facilement les conditionnalités acceptées par les deux partenaires», a-t-il ajouté. Parallèlement, Boussaid a estimé qu’il est «nécessaire de simplifier et de fluidifier les procédures du partenariat». C’est pour cela que «nous avons convenu d’enrichir le dispositif des liens bilatéraux par des mécanismes qui permettent d’agir et de traiter les difficultés avec la célérité et la rapidité nécessaires», a souligné, pour sa part, Salaheddine Mezouar. Le ministre est également revenu sur la question d’alignement sur l’acquis communautaire, en précisant que «l’objectif est d’aller dans le sens de la convergence, notamment à travers l’adaptation de certaines lois du pays aux dispositions de l’UE, dans l’objectif de se mettre à niveau par rapport à tous les aspects du partenariat».

    3 millions d’euros pour la Chambre des représentants

    Le partenariat entre le Maroc et l’Union européenne s’étend également au domaine parlementaire. Stefan Füle a signé une convention, lundi dernier, avec le président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami. L’objectif est de «soutenir le Parlement marocain à remplir efficacement ses missions, et à accroître la visibilité et la transparence de son action», est-il indiqué. Concrètement, il s’agit d’un projet de quatre ans, doté d’un budget de 3 millions d’euros. L’objectif est de permettre à la Chambre des représentants de disposer d’une administration interne dotée des capacités lui permettant de faire face à l’accroissement de l’activité parlementaire. Ce programme devra également favoriser la mise en place d’une stratégie de communication effective, afin de renforcer les liens avec les citoyens et la société civile.

    M. A. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc