×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Crédits: Les banques baissent leurs tarifs

Par L'Economiste | Edition N°:4278 Le 19/05/2014 | Partager
Le coût moyen du crédit descend sous la barre de 6%
Crédits de trésorerie et prêts immobiliers principalement concernés

Source: BAM
Il faut remonter au second trimestre 2008 pour retrouver un loyer du crédit en dessous de 6%. La baisse du coût du crédit au premier trimestre cache beaucoup de disparités

LES taux débiteurs font une pause. Après quatre trimestres consécutifs de hausse, le coût moyen du crédit s’est établi à 5,96% en recul de 56 points de base (0,56 point de pourcentage) par rapport à fin décembre. Il faut remonter au second trimestre 2008 pour retrouver un loyer du crédit en dessous de 6%. La baisse de 1% des crédits au premier trimestre, quoique moins forte comparée à la même période l’année dernière, expliquerait en partie la détente des taux pour relever le chiffre d’affaires.
La diminution du coût du crédit cache beaucoup de disparités au niveau des produits. Les taux appliqués aux comptes débiteurs et crédits de trésorerie ont reculé de 0,75 point, soit la plus forte baisse du trimestre. Les entreprises ont retrouvé un peu plus de marge de manœuvre au niveau de leurs trésoreries, ce qui réduit du coup la demande de crédit bancaire. En même temps, l’accès au crédit bancaire, surtout pour certaines branches d’activité, est plus difficile. Beaucoup de patrons privilégient en conséquence l’autofinancement. Les banquiers sont particulièrement pointilleux sur les dossiers de crédits d’investissement. Certes la dynamique n’est pas actuellement à l’investissement tous azimuts, mais, les dossiers qui sont traités dans les comités de crédit sont méticuleusement étudiés. Ici, le coût du crédit a augmenté de 0,59 point. Il en est de même pour les prêts à la consommation. Le taux d’intérêt est passé de 7,34 à 7,41% d’un trimestre à l’autre. Le ralentissement sur ce segment s’est accompagné d’une forte hausse des créances en souffrance des ménages. Elles ont bondi de 12,5% sur les trois premiers mois (l’ensemble des crédits) et de près de 41% sur un an. La prime de risque exigée est plus importante. Cependant, il faudra sans doute s’attendre à une baisse des loyers au second trimestre. Les promotions qui accompagnent la tenue du salon auto vont permettre une détente des taux. C’était déjà le cas en 2010 et en 2012.
Sur les crédits immobiliers, les taux d’intérêt se sont inscrits en léger recul de 0,02 point. La concurrence entre les banques est rude sur ce créneau. C’est le seul segment du marché où l’activité enregistre des progressions intéressantes même si l’on est très loin des années fastes.


F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc