×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Entreprises

    Efficacité énergétique: Une montée en douce

    Par L'Economiste | Edition N°:4275 Le 14/05/2014 | Partager
    Une ligne de financement prévue pour les sociétés de service
    Dans l’éclairage public, les paiements sécurisés

    Ahmed Baroudi, directeur général de la SIE: «Les dépenses d’éclairage public sont obligatoires. En cas de non-paiement, les prélèvements s’effectueront à la source»

    Incontournables dans la stratégie d’efficacité énergétique, les Esco bénéficient de mesures d’encouragement. La Société d’investissements énergétiques propose même de prendre des parts dans le capital en cas de joint-ventures avec les Esco internationales.

    ■ Appui financier de la SIE aux Esco
    Indispensables à la stratégie d’efficacité énergétique, les Esco (sociétés de service énergétique) font l’objet de mesures d’encouragement de la part de la SIE. Celle-ci compte mettre en place une ligne de financement pour ces structures.
    «Elles ne vont pas prendre de risque financier mais un risque technique et des engagements de performance. Ce n’est qu’une fois qu’elles auront pris de la maturité qu’elles pourront assurer ces risques», indique Ahmed Baroudi, directeur général de la Société d’investissements énergétiques.
    De même, la SIE, qui a parrainé la création de l’Association marocaine pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (Ampere), a proposé aux Esco marocaines de s’associer avec des partenaires étrangers. Des joint-ventures qu’elle a proposées d’appuyer en prenant des parts dans le capital pendant deux ou trois ans. «Cela fait neuf mois que nous avons lancé ce projet en précisant que nous allions participer au capital des deux ou trois premières sociétés qui se manifesteront. Aujourd’hui, nous n’en avons qu’une seule qui est en train de se lancer», indique Baroudi.

    ■ Eclairage public: Schéma de gestion ficelé 
    Les mécanismes de sécurisation de paiement, les montages contractuels… ces aspects sont finalisés grâce au soutien du ministère de l’Intérieur.
    L’idée est de créer des sociétés délégataires de l’éclairage public (SDL) dans lesquelles les communes seraient actionnaires, mais avec une responsabilité opérationnelle entièrement confiée à un opérateur expert.
    En revanche, les équipes techniques des communes vérifieront les engagements pris par l’opérateur en termes de performances.
    Pour sécuriser les paiements, les dépenses d’éclairage public sont obligatoires. En cas de non-paiement, les prélèvements s’effectueront à la source. De leur côté, les sociétés délégataires s’engageront sur des contrats de performance pour moderniser le parc d’éclairage public de la ville, réduire sa consommation énergétique et la facture. «Cela ne coûtera pas un seul centime à la ville de plus que sa facture courante puisque l’opérateur se fera rémunéré sur les coûts évités», souligne Baroudi.
    Ce modèle sera lancé à Salé au cours des prochaines semaines. La SIE accompagne aussi les villes de Settat, Khouribga,… «A Agadir par exemple, ville très bien gérée, nous avons pu démontrer par un pré-audit qu’il est possible de réduire de 50% la consommation énergétique de la ville», souligne Baroudi. 

    ■ Bâtiment public: Habous, CNSS… ça démarre
    Les programmes d’efficacité énergétique avancent doucement dans les bâtiments publics. Avec les Habous, des projets sont lancés. Ils vont de la modernisation de l’éclairage, aux chauffe-eau solaires, panneaux photovoltaïques jusqu’à la climatisation solaire.  
    Dans le milieu médical, un premier projet pourra être déployé dans les polycliniques de la CNSS et permettra une moyenne de 38% d’économie. «Notre objectif est de définir un modèle duplicable à tout le secteur», note Ahmed Baroudi.

    ■ Biomasse: Casablanca ouvre le bal
    Des projets pilotes sont lancés pour identifier et valider les différentes technologies de valorisation.
    La Société d’investissements énergétiques vient d’être mandatée pour étudier le système de valorisation énergétique de la commune urbaine de Casablanca. Le cahier des charges est quasi prêt et l’appel d’offres devrait être lancé durant les prochaines semaines.

     

    K. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc