×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Lafarge en forme pour le mariage avec Holcim

Par L'Economiste | Edition N°:4275 Le 14/05/2014 | Partager
Amélioration des principaux indicateurs d’activité
Démarrage des travaux de la cimenterie dans le Souss début 2015
L’entreprise mise sur l’innovation pour renforcer sa position sur le marché

POUR l’instant, Lafarge et Holcim sont encore des concurrents. «Nous n’avons pas encore réfléchi à ce que va

En attendant que les contours de la fusion entre Lafarge et Holcim au Maroc soient fixés, Lafarge maintient ses projets notamment l’investissement de 3 milliards de DH dans une cimenterie dans le Souss. Les travaux démarreront début 2015, a indiqué Saad Sebbar, administrateur directeur général de Lafarge Maroc

ressembler l’ensemble Lafarge-Holcim», a indiqué Saad Sebbar, administrateur directeur général de Lafarge Maroc lors de la présentation des résultats annuels de l’entreprise. Le rapprochement entre les deux cimentiers au Maroc mais également au Brésil, en Inde ou encore en Chine va nécessiter des montages distincts compte tenu du poids qu’aura l’entité issue de la fusion sur ces marchés. Les deux groupes détiendraient une part de marché de l’ordre de 55% au Maroc. Les autorités seront appelées à déterminer dans quel cas de figure le mariage est acceptable en termes de concurrence. Malgré les possibles désinvestissements qui pourraient accompagner cette fusion, le mot d’ordre est à la poursuite de l’ensemble des projets prévus en 2014. Cela intègre le développement d’une usine dans le sud. Lafarge Maroc devrait annoncer le nom de l’adjudicataire de ce marché incessamment. Les travaux démarreront au début de l’année prochaine. Même dans la perspective du rapprochement avec Holcim, cet investissement de 3 milliards de DH a du sens dans la mesure où les deux opérateurs ne sont pas présents dans cette région. Les autres opérateurs du marché sont en tout cas à l’affût de toutes opportunités liées au rapprochement entre Lafarge et Holcim.
La forte concurrence dans le secteur aujourd’hui pousse les opérateurs à revoir leur mode d’intervention sur le marché. Lafarge va ainsi absorber ses filiales bétons et granulats. Son concurrent Ciments du Maroc va faire de même. Au-delà du développement des synergies notamment au niveau commercial et administratif recherché, la forte concurrence sur ces métiers pousse les opérateurs historiques à préserver leurs filiales.
Lafarge parie aujourd’hui sur l’innovation pour renforcer sa position sur le marché. Elle va installer un laboratoire de

Source: Lafarge Maroc
Le cimentier a inscrit ses principaux indicateurs en hausse pour la première fois depuis 2009. Malgré la stagnation du chiffre d’affaires, l’efficacité industrielle a permis d’améliorer la rentabilité de l’entreprise

développement des systèmes constructifs à Bouskoura. Déjà, les produits innovants ont représenté 25% des ventes de béton en 2013. De nouvelles solutions constructives pour le logement économique seront lancées à partir du 28 mai prochain.
En dépit de la contre-performance du marché l’année dernière, l’industriel a enregistré une petite hausse de 0,1% de ses revenus à 5 milliards de DH. Cette progression est attribuée en partie à l’optimisation de la distribution et à la gestion dynamique du portefeuille clients. Cette année, Lafarge va accélérer ses expéditions à l’étranger. Elle table sur l’export de 200.000 tonnes de clinker et de ciments vers l’Afrique de l’Ouest cette année. Il s’agit d’une réponse à la surcapacité du marché domestique plutôt que d’une volonté de l’opérateur de développer une activité à l’international. Les revenus de l’exportation viendront un peu soutenir les ventes de l’opérateur, surtout que l’année n’a pas mieux commencé sur le marché domestique. Les ventes étaient en recul de 3,2% au premier trimestre pour l’ensemble des opérateurs. La performance industrielle sera donc un facteur important pour préserver la rentabilité. L’entreprise a, à cet effet, augmenté l’utilisation des combustibles alternatifs dans ses usines. Elle va également investir plus de 100 millions de DH dans un projet de valorisation de déchets ménagers. Le combustible alimentera la cimenterie de Bouskoura. D’un autre côté, la consommation en électricité des usines provient pour une partie importante de l’éolien. L’effort d’optimisation a permis d’améliorer le résultat d’exploitation courant de 9,5% en 2013 à 2,1 milliards de DH. La filiale commune de Lafarge et SNI a dégagé un bénéfice de 1,4 milliard de DH en hausse de 10,6%. L’industriel a rompu trois exercices consécutifs de baisse de ses résultats.

 

F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc