×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Attijariwafa bank veut exporter son business modèle

    Par L'Economiste | Edition N°:4272 Le 09/05/2014 | Partager
    Elle veut développer la banque économique en Afrique subsaharienne
    Pour cibler un maximum de foyers à faibles revenus

    «L’Afrique change de visage et d’envergure», soutient d’emblée Mohamed Kettani, PDG d’Attijariwafa bank (AWB), lors d’une conférence tenue le 7 mai à l’école de management HEM. Le continent est aujourd’hui érigé comme zone de développement prioritaire à l’international pour les entreprises marocaines. Cela est devenu encore plus une évidence ces dernières années. «La politique de l’intégration régionale adoptée par la banque lui a valu la cinquième place dans le paysage financier africain, juste après les banques sud-africaines», assure Kettani. Avec 3.200 agences présentes dans 15 pays du continent, la banque au logo orange et jaune ambitionne d’étendre son réseau vers des pays anglo-saxons, lusophones et hispanophones. Mais le PDG prévient que la banque ne veut pas s’inscrire dans un esprit d’opportunisme, elle a plutôt une vision sur le long terme pour accompagner au mieux la croissance africaine. «Nous sommes une banque au service des PME», ajoute-t-il.
    La première banque marocaine semble prendre conscience de la valeur ajoutée des TPE/PME dans un continent où la pauvreté touche près de la moitié de sa population. Dans ce sens, la banque souhaite dupliquer son modèle de «banque économique» appliqué au Maroc et l’exporter sur le reste du continent. Il s’agit d’un produit qui a pour principal objectif de faciliter l’accès des personnes non bancarisées. A travers son réseau d’agences de transfert d’argent Wafa Cash, le groupe a réussi depuis 2009 à bancariser plus de 9 millions de Marocains ayant un revenu inférieur à 2.000 DH. AWB voit grand et prévoit une application de ce concept à plus grande échelle. «Ce programme correspond encore plus à la population africaine, et nous travaillons pour qu’à moyen terme ce modèle puisse s’étendre sur le continent», explique le PDG.  

    ____________________

    La banque se mobilise,
    via son réseau d’agences Wafacash, pour toucher
    la population à faibles
    revenus

    ____________________

    Au-delà de la mobilisation de la banque pour toucher la population à faibles revenus, des efforts sont également fournis pour évoluer dans un environnement où règne l’informel. Pour y parvenir, une politique de gestion de risque rigoureuse est de mise. Et pour cause, l’inexistence de méthode de scoring ou de rating adaptée aux spécificités locales peut être un frein à toute tentative d’expansion. «La politique de gestion d’AWB continue de s’améliorer puisque son taux de créances en souffrance est établi à 3% contre une moyenne globale de 6%», affirme le président. Pour le moment, le groupe se concentre sur l’ensemble des partenariats récemment signés avec différents pays de l’Afrique de l’Ouest. «Nous sommes en phase d’officialiser les accords conclus avec les pays voisins», déclare Kettani. Dans ce sens, une délégation a été dépêchée sur place pour effectuer un suivi de la procédure de finalisation, en vue d’accélérer la stratégie de développement du groupe. 
    A. Lo

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc