×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Compétitivité industrielle
    Une nouvelle carte mondiale se dessine

    Par L'Economiste | Edition N°:4269 Le 06/05/2014 | Partager
    L'Asie perd du terrain, la France décroche, selon le cabinet BCG
    Le Brésil a les coûts de production les plus élevés

    En 10 ans, l'avantage compétitif de la Chine, en particulier par rapport aux Etats-Unis, s'est réduit considérablement. C’est là un constat de l'étude «The Shifting Economics of Global Manufacturing», publiée par le Boston Consulting Group (BCG). Celle-ci analyse l’évolution de la compétitivité des 25 plus gros pays exportateurs dans le monde, entre 2004 et 2014.
    D’après les résultats de l’étude, les coûts de production chinois sont inférieurs de 4 points seulement aux coûts américains (hors coût de transport). Le phénomène de relocalisation industrielle aux Etats-Unis pourrait ainsi s'accentuer dans les prochaines années, selon les experts. «Beaucoup d’entreprises raisonnent encore avec des schémas dépassés, estimant encore qu’il est plus cher de produire en Europe de l’Ouest ou en Amérique du Nord et que les pays aux coûts de production les plus faibles sont en Amérique latine, en Asie, en particulier en Chine, et en Europe de l'Est. En réalité, il y a maintenant des pays à bas coûts de production dans toutes les régions du monde»,  comme l’explique Olivier Scalabre, directeur associé au BCG à Paris et responsable du centre d'expertise Opérations. Il est par exemple moins cher de produire au Mexique qu’en Chine. En Europe, la Pologne qui a longtemps été l'un des pays les plus compétitifs de la régions, voit son avantage se réduire notamment par rapport à l'Espagne et au Royaume-Uni!
    Le Brésil perd aussi de son poids. Figurant parmi les pays à fort potentiel il y a 10 ans, le pays qui se prépare à la Coupe du monde, était 9e sur les 25 plus gros exportateurs mondiaux en matière de compétitivité en 2004. Aujourd'hui, classé 23e, le pays le plus vaste et le plus peuplé d'Amérique latine fait face à un véritable défi puisqu'il est l'un des pays les plus chers au monde, ex æquo avec la France.
    Plus compétitive que l’Allemagne il y a dix ans (indice 115 vs 117), l’Hexagone a aujourd'hui perdu tout avantage compétitif (indice 124 vs 121), selon le classement du BCG . L'écart continue par ailleurs de se creuser avec le Royaume-Uni et l’Espagne. Si le pays est en milieu de tableau pour le coût du travail, la compétitivité française souffre principalement d’une faible croissance de sa productivité: «5% sur 2010-14 alors que l’Allemagne enregistre une croissance de 14%, le Royaume-Uni de 20% et l’Espagne de 23%».
    Selon les projections du BCG, la Chine pourrait même passer, en 2018, derrière les Etats-Unis en matière de compétitivité. La France, elle, se maintiendrait en bas du classement. 
    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc