×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La filière export menacée dans le Souss

    Par L'Economiste | Edition N°:4269 Le 06/05/2014 | Partager
    Barrières douanières, matières premières et stress hydrique freinent l’activité
    Les exportateurs de fruits et légumes veulent porter plainte contre Bruxelles

    Les exportateurs du Souss, très touchés par la nouvelle réforme modifiant le régime d'accès aux fruits et légumes, ne comptent pas en découdre. Ils veulent attaquer Bruxelles en justice.

    Le Souss-Massa-Drâa est le 2e pôle économique du Maroc et le 4e pôle exportateur du Royaume avec 415 entreprises dont la production est destinée aux marchés étrangers. Un tissu économique qui réalise un chiffre d’affaires à l’export de 15 milliards de DH et contribue à hauteur de 8% dans les exportations nationales. C’est ce qu’a indiqué Mohamed Abbou, ministre délégué en charge du Commerce extérieur lundi dernier lors de la rencontre régionale de l’export. La région réalise environ plus de la moitié de ses expéditions en agrumes et primeurs et le tiers en produits agroalimentaires et 16,6% en produits métallurgiques et de l’extraction de minerais grâce à la présence de grands groupes miniers. Malgré une croissance annuelle moyenne de 8% de ces activités, les professionnels restent inquiets. Et ce, en raison de plusieurs contraintes. Au niveau de l’industrie de poisson, le manque de matières premières freine le développement de l’activité. De son côté, le secteur agricole souffre d’un stress hydrique récurrent. Mais pas seulement. La grosse tourmente aujourd’hui c’est indéniablement les barrières douanières de plus en plus nombreuses. La nouvelle réforme visant la modification du régime d’accès des fruits et légumes aux marchés de l’Union europénne en est une et continue à être aujourd’hui une des principales préoccupations des exportateurs des fruits et légumes. Une situation qui mobilise le département de l’Agriculture depuis des semaines. C’est donc beaucoup de réponses et de soutien que sont venus chercher les acteurs de la profession lundi dernier à Agadir auprès du ministre délégué en charge du Commerce extérieur. De leur avis, il ne faut pas perdre de temps et enclencher une démarche judiciaire à l’encontre de la commission de l’agriculture du Parlement européen à Bruxelles. Selon des producteurs, une plainte devrait être déposée à ce sujet par la Fédération interprofessionnelle des fruits et légumes auprès de la Cour de justice européenne. «Il n’y a visiblement pas de solutions techniques pour résoudre ce problème. Nous devons donc ester en justice dans un délai de deux mois comme le stipule l’accord d’association», soulignent-ils. 

    Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc