×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

General Electric ferait les yeux doux à Alstom

Par L'Economiste | Edition N°:4263 Le 25/04/2014 | Partager
Le groupe français n’est informé d’aucun projet d’offre publique

13 milliards d’euros. C’est ce que coûterait toute possible rachat du groupe français Alstom (présent au Maroc) par l’Américain General Electric. La rumeur s’est répandue comme une trainée de poudre sur les marchés.
«En réponse à certaines spéculations récemment relayées dans la presse économique, Alstom fait savoir qu’il n’est informé d’aucun projet d’offre publique visant son capital.
Le groupe revoit en permanence ses options stratégiques sur ses différents métiers». Alstom a prévu de communiquer le 7 mai ses résultats annuels et de faire, à cette occasion, un point sur les perspectives de ses différentes activités. Rien qu’à ces débuts, l’affaire a suscité jeudi 24 avril une frénésie à la bourse. Peu après l’ouverture, le titre d’Alstom s’envolait de près de 17% et gagnait encore plus de 10% vers 14H35 à la Bourse de Paris. Bouygues bénéficiait aussi des spéculations en gagnant 3,34% alors que le marché évoluait à +0,89%.
Toute éventuelle fusion permettrait à un mastodonte industriel de voir le jour, selon les analystes. D’abord, pour Alstom, auquel tout accord permettrait de consolider le marché des centrales électriques, du rail et des lignes à haute tension. Ceci face à une prédominance de la concurrence asiatique accompagnée d’une croissance mondiale plus faible. Puis, cela permettra à General Electric, de pénétrer des marchés du ferroviaire et la transmission électrique, mais encore, d’être présents dans des créneaux comme l’hydroélectricité ou le nucléaire.
General Electric a entamé un recentrage sur l’industrie au détriment de sa branche financière GE Capital. Avec un chiffre d’affaires de 146 milliards de dollars en 2013 et quelque 305.000 employés dans le monde, la firme est l’une des plus grandes entreprises américaines et mondiales. Pour sa part, Alstom emploie 93.000 personnes dans le monde (dont 18.000 en France). La société a réalisé un chiffre d’affaires de 20,3 milliards d’euros sur l’exercice 2012-2013.


F. Z. T. 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc