×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Attention aux soft skills!

Par L'Economiste | Edition N°:4261 Le 23/04/2014 | Partager
Culture générale et compétence comportementale, les incontournables du recrutement
Les stages de fin d’études, une opportunité pour décrocher un emploi

Yasmine Benamour, docteur en sciences de gestion et DG de HEM, insiste sur l’importance de posséder des compétences comportementales (polyvalence, communication,…) au-delà des connaissances fondamentales et techniques

- L’économiste: Comment HEM procède pour améliorer l’employabilité de ses lauréats?
-Yasmine Benamour: Les enquêtes menées annuellement montrent que le taux d’insertion de nos lauréats est d’environ 70%. Nos diplômés arrivent à décrocher un emploi au bout de 3 mois. Ce résultat est le fruit d’une approche effectuée à plusieurs niveaux. La conception et le contenu des programmes de formation sont élaborés en collaboration avec le milieu professionnel. Un moyen qui nous permet de mettre en place des contenus pédagogiques répondant à la demande des entreprises. Le développement personnel et la culture générale sont aussi des aspects incontournables au sein de nos formations.
Par ailleurs, nous avons conçu notre propre modèle pour les stages. Durant les 5 ans de formation, les étudiants sont obligés d’effectuer un séjour en entreprise. Les stages se situent au milieu de l’année pour être réellement profitables et à l’entreprise et à l’étudiant. Néanmoins, les stages de fin d’études sont placés en fin d’année afin de pouvoir constituer une période de pré-embauche.

- A votre avis, quelle serait la tendance en matière de formation dans les années à venir?
- Je pense que la logistique va prendre de plus en plus de place dans le paysage de la formation marocaine. Les filières associées aux nouveaux métiers liés à Internet ou encore celles en lien avec le développement durable, les énergies renouvelables ainsi que certaines industries (automobile, aéronautique,...)  prendront également de plus en plus de place.

- Quels sont vos projets de développement?
- Nous continuerons de «coller» aux attentes du marché de l’emploi non seulement en termes de spécialités demandées, mais également en profils souhaités. Je rappelle que la SFI, groupe Banque mondiale, est entrée dans l’actionnariat du groupe HEM l’an dernier. Et ce, pour la mise en place de différents projets de développements dont la création d’une nouvelle université complètement distincte de HEM, avec un modèle différent, complémentaire. Nous y travaillons actuellement.


Propos recueillis par Rajaa DRISSI ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc