×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès décroche un trophée international de la santé

    Par L'Economiste | Edition N°:4182 Le 30/12/2013 | Partager
    La direction régionale titulaire du grand prix qualité 2013
    Al Ghassani a la meilleure maternité au niveau national

    BONNE nouvelle. Les services sanitaires relevant de la direction régionale de la santé (DRS) de Fès-Boulemane sont classés les meilleurs au niveau national. Ils viennent d’être couronnés par un bureau d’audit international en remportant le «grand prix du concours qualité, édition 2013». En effet, la DRS de Fès-Boulemane a obtenu un score de près de 92%, devançant ainsi les directions de Rabat-Zemmour-Zaïr (81,4%) et Tanger-Tétouan (77%). Pour Allal Amraoui, directeur régional de la santé, «ce grand prix vient conforter les efforts déployés par l’équipe de la direction régionale et tout le personnel de la santé dans toutes les administrations et les structures sanitaires et hospitalières de la région». Pour sa part, Abdelali Alaoui Belghiti, secrétaire général du ministère de la Santé, a précisé que ce prix est mérité, d’autant plus qu’il est octroyé par un organisme privé, indépendant et international. «Le ministère a parfois du mal à suivre les grands projets engagés par la région et son dynamisme dans le domaine de la santé… il faut maintenir la même cadence et le même niveau de service», exprime le responsable central.
    En tout cas, les efforts des services sanitaires de Fès ne sont plus à prouver. Il faut dire qu’ils ont eu une forte impulsion durant les 4 dernières années. En effet, l’offre sanitaire régionale est constituée d’un important réseau d’établissements de santé. Il s’agit notamment des hôpitaux Omar Drissi, Ibn Al Hassan, Ibn Al Khatib, Ibn Al Baitar, Mohammed V, la Marche verte, Sidi Ahmed Al Maissouri et Al Ghassani. Ce dernier a d’ailleurs remporté le premier prix, édition 2013, de la catégorie services d’accouchement. Ce titre lui a été décerné par le ministère de la Santé, lors d’une cérémonie présidée, récemment à Rabat,  par le ministre de la Santé, El Haussaine Louardi.
    L’autre infrastructure de taille est le CHU Hassan II. D’un investissement de 1,1 milliard de DH, cet établissement public couvre aujourd’hui  les besoins d’une population estimée à près de 4 millions d’habitants issus des régions de Fès-Boulemane, Meknès-Tafilalet et Taza-Al Hoceima-Taounate. Ce centre est l’une des plus grandes infrastructures médicales réalisées au Maroc depuis l’indépendance. Conscients que le secteur de la santé est non seulement le segment de marché qui connaît aujourd’hui la plus forte croissance, mais il pourrait aussi devenir le secteur majeur et primordial, si l’on en croit les prévisions,   les responsables gouvernementaux ne cessent d’améliorer leur offre. «Aujourd’hui plus que jamais, ce secteur se distingue par une réduction des coûts et par une offre de services médicaux efficaces et professionnels», estime Mohamed Dardouri, wali de la région. Pour lui, «le CHU Hassan II est un modèle à suivre». Ici, des milliers de malades démunis bénéficient des soins grâce à la carte Ramed. Le centre met à leur disposition une pharmacie dotée d’une réserve estimée à 107 millions de DH de médicaments. «Idem pour les autres centres de santé dits de proximité», rassure Amraoui.

    Réussite

    La réussite de ce secteur est due à la transversalité des soins pour assurer une santé de proximité et mieux dynamiser le développement de la ville, ainsi qu’à la gouvernance des services de santé et l’humanisation des prestations. Quant au troisième niveau, il est technique et concerne le renforcement des ressources humaines et financières. A cet égard, la région se base sur des partenaires de choix comme la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers. Fondation qui appuie fortement le CHU Hassan II à travers des projets de grande portée.

    De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc