×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Europe

EDF placé sous surveillance par Bruxelles

Par L'Economiste | Edition N°:4172 Le 16/12/2013 | Partager
La construction de deux centrales au Royaume-Uni fera l’objet d’une enquête
Objectif : prouver l’existence d’éventuelles aides publiques
L’électricien pourrait bénéficier d’un prix garanti et d’emprunt à taux réduit

La Commission européenne s’apprête à ouvrir une enquête sur les aides d’Etat pour le projet de construction de deux centrales nucléaires par EDF au Royaume-Uni. L’investigation, qui sera lancée la semaine prochaine, vise avant tout à décider si les conditions de financement de l’opération ne sont pas affectées par un soutien public

Le nucléaire britannique intéresse Bruxelles ! La Commission européenne est en effet sur le point d’ouvrir une enquête officielle sur les aides d’Etat pour le projet de construction de deux centrales nucléaires par EDF au Royaume-Uni, d’après le quotidien britannique «Times». L’investigation pourrait être lancée à compter du 18 décembre et exprimera des «doutes» et des inquiétudes concernant l’accord en question annoncé en octobre. Bruxelles veut s’assurer que les conditions de financement de l’opération ne sont pas entachées d’aides publiques.
Instauré en octobre dernier après plusieurs mois de discussions entre les deux parties, l’accord entre le gouvernement britannique et le géant français de l’électricité EDF portait plus exactement sur la réalisation de deux réacteurs nucléaires à eau pressurisée (EPR). Un investissement dont le coût a été estimé à plus de 19 milliards d’euros et par le biais duquel l’électricien pourrait bénéficier d’un prix minimum de rachat garanti de l’électricité fournie par les futures centrales nucléaires. La valeur a été fixée indépendamment des fluctuations du prix de l’électricité sur le marché. Ce dernier serait de 92,5 livres par mégawattheure (MWh), un niveau proche du montant initial prévu par le groupe. Autrement dit, c’est le gouvernement anglais qui paierait la différence si le marché ne parvient pas à atteindre ce niveau de prix. La commission européenne soupçonne également EDF de pouvoir bénéficier de crédit à taux bonifié, ce qui est strictement interdit par la règlementation.
Le projet, réalisé par un consortium composé, sera l’œuvre de la compagnie française mais également de deux électriciens chinois : Chinese General Nuclear Power Corp et China National Nuclear Corporation. Le programme prévoit la construction outre-Manche de plusieurs EPR, un réacteur de 3e génération du leader mondial de l’énergie nucléaire Areva. Actuellement, EDF gère 15 des 16 réacteurs opérationnels en Angleterre. La majorité d’entre eux seront obsolètes à compter de 2020.


K. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc