×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Campagne de solidarité: 16 ans de mobilisation

Par L'Economiste | Edition N°:4148 Le 11/11/2013 | Partager
Un combat porté par la Fondation Mohammed V
Une approche érigée en stratégie nationale
Le PLF 2014 entend renforcer les mécanismes de la solidarité

A l’instar des années précédentes, le Souverain a remis à des associations et coopératives locales des chèques de soutien, lors de la cérémonie de lancement de la campagne de solidarité, samedi dernier à Meknès

TOUJOURS la même main tendue pour un avenir à construire. Celui des Marocains démunis. Voilà 16 ans, depuis 1998, que la Fondation Mohammed V pour la solidarité apporte son soutien dans l’avenir d’un pan de la société marocaine, en initiant  une campagne nationale de solidarité sous le slogan: «Unis pour aider les démunis». Un slogan rendu célèbre par le badge jaune-soleil et ses petits bonhommes qui se donnent la main, commercialisé à environ 11 DH en pharmacie, dans les agences bancaires et de télécoms ou les timbres de solidarité, vendus dans les bureaux de poste et de tabac. Cette année, le Souverain a donné, samedi dernier à Meknès, le coup d’envoi de cette campagne, qui durera du 9 au 17 novembre. Une occasion pour lancer de nouveaux projets à vocation sociale. En effet, Sa Majesté a inauguré un nouveau centre de formation aux métiers du bâtiment, à l’instar de ceux de Casablanca et Marrakech. D’une capacité d’accueil de 1.000 stagiaires, il a été réalisé grâce à un investissement global de 19,5 millions de DH. Parallèlement, le Souverain a remis des chèques de soutien, d’un montant de 3,2 millions de DH, à 25 associations et coopératives locales, pour la réalisation d’actions identifiées.
Par ailleurs, il faut souligner que ces campagnes de solidarité, menées par la Fondation Mohammed V, ont permis, au fil des ans, de réaliser une série de projets d’ordre social. En 2012, le montant des réalisations s’est élevé à 215,7 millions de DH, tandis que les ressources cumulées ont totalisé 463,5 millions. Elles proviennent de la vente des pin’s jaunes, mais aussi des dons en espèces ou par chèque, libellé au nom de la Fondation Mohammed V pour la solidarité. Les fonds récoltés sont affectés aux projets menés et gérés par la Fondation ou directement aux populations en situation de précarité.
Comme tous les ans, cette campagne est placée sous la présidence effective du Souverain. Comme tous les ans également, le Roi est le premier à contribuer. Pour la précédente campagne de solidarité, Sa Majesté avait remis des chèques d’un montant de près de 3,5 millions de DH. Autre rituel respecté: le coup d’envoi de la campagne est toujours donné par le Souverain, à chaque fois dans une localité différente. Un peu plus d’une semaine pour que chaque Marocain et étrangers vivant au Maroc contribuent au financement de multiples actions de solidarité et de soutien initiées par la Fondation MohammedV pour la solidarité au profit de millions de Marocains. Et pas seulement. Depuis peu, des populations migrantes, en situation précaire, bénéficient de cet élan de solidarité. Un élan érigé en stratégie sociale, qui a été d’ailleurs formalisée dans le discours d’intronisation du Souverain, du 30 juillet 1999: «Nous accorderons notre attention au problème de la pauvreté dont souffre une partie de Notre peuple. Nous œuvrons avec l’aide et l’assistance de Dieu, à en réduire l’acuité et l’impact. A cet égard, mon père, que Dieu ait son âme, m’avait honoré en acceptant la proposition de créer une institution à laquelle il avait donné le nom de Fondation Mohammed V pour la solidarité qui voue son action aux affaires des pauvres, des nécessiteux  et des handicapés. Nous nous sommes engagés à activer le rôle de cette institution et à l’entourer de notre sollicitude et de notre soutien».
Aujourd’hui, ce modèle est un cas d’école pour une structure de solidarité dans le monde. Depuis 2000, la Fondation publie son rapport d’activité avec force détails sur la situation financière, auditée par des cabinets privés. Elle a collecté près de 201 millions de DH en 2011 (rapport en ligne) dont près de 180 millions en espèces, 10,6 millions sous forme de financement direct de projets et 10,4 millions de DH de dons en nature. Les activités de la Fondation ciblent la femme, les jeunes, les enfants, les handicapés, les personnes âgées, les MRE, la scolarisation et l’éducation, la formation professionnelle, l’alphabétisation,  le développement durable, le micro-crédit, le volontariat… Autant dire tous les composants de la société marocaine. Le projet de loi de Finances 2014, encore en discussions, prévoit de renforcer les mécanismes de solidarité et de la cohésion sociale et spatiale.  Les actions humanitaires réalisées par la Fondation sont destinées à apporter un soutien direct et ponctuel aux personnes en situation de précarité suite à des catastrophes naturelles ou pour une durée déterminée comme c’est le cas lors des interventions d’urgence en cas de tremblement de terre ou d’inondations et pour l’opération de soutien alimentaire pendant le mois sacré du Ramadan. Depuis 2007, l’institution  a innové en mettant en œuvre une nouvelle approche en matière d’actions humanitaires. Cette nouveauté s’est manifestée à l’occasion du lancement de l’opération humanitaire «Tounfite 2007» (province de Midelt), considérée comme une nouvelle initiative qui vient couronner l’expérience accumulée à travers les différents programmes humanitaires et de développement de la Fondation. Une première nationale alors, de par sa taille et la nature de son contenu qui se caractérise par la conjugaison d’un ensemble d’actions relatives à l’aide à la scolarisation, au soutien alimentaire, à l’assistance médicale et au développement durable. Elle a porté sur un coût global de 23 millions de dirhams et a profité à près de 24.000 personnes dans la région de Tounfite. Depuis, il y a eu d’autres opérations de même nature qui ont été programmées, notamment celle concernant la région d’Imilchil.

5 millions de pauvres

SELON le dernier rapport de la Banque mondiale: «Se soustraire de la pauvreté au Maroc», ils sont 5 millions de personnes, soit 15% de la population, vivant en situation de pauvreté. Près de 25% de la population, soit près de 8 millions de personnes, vit au seuil ou en dessous du seuil de pauvreté; 50% de la population vivant au-dessus du seuil de pauvreté sont considérés comme «économiquement vulnérables» aux maladies et invalidités, aux intempéries, ou à la perte d’un emploi.

B. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc