×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Evénement

    Juan Carlos au Maroc : Ces entreprises espagnoles qui se démarquent

    Par L'Economiste | Edition N°:4074 Le 15/07/2013 | Partager
    Plus de 370 unités ont des filiales au Royaume
    26 grands groupes viennent en prospection
    15 à 18% de l’énergie consommée par les Marocains provient d’Espagne

    PLUS de 26 entreprises espagnoles de renom font le déplacement lors de la visite du Roi  Juan Carlos au Maroc. Certes, il s’agit d’une délégation relativement réduite, mais les entrepreneurs marocains et espagnols entendent tirer le meilleur de cette visite hautement stratégique. Aujourd’hui, plus de 800 entreprises sont présentes au Maroc et plus de 19.000 échangent avec le Royaume. 370 entreprises ont  ouvert des filiales au Maroc. Il s’agit entre autres d’Inditex, Roca, Fagor, Irizar, Barceló, Endesa, Indra, Tecmed... Néanmoins, le nombre d’entreprises à capital espagnol ou liées avec des sociétés espagnoles atteint approximativement le double. Dans ce dernier groupe seraient inclues les sociétés marocaines liées à des entrepreneurs espagnoles qui n’ont pas de maison mère en Espagne ou des sociétés appartenant à des groupes d’origine non espagnole, dont les filières marocaines auraient des liens directs avec des filières espagnoles.  L’ensemble de ce tissu industriel a contribué à renforcer la coopération économique entre les deux pays. Résultat: l’Espagne est devenu le 1er partenaire commercial du Maroc en dépassant la France. Le plus gros des échanges se fait sous forme d’électricité. En effet, le Maroc importe une partie de ses besoins en électricité d’Espagne grâce à la liaison et à la compétitive de la production du pays en termes de prix. Entre 15 et 18% de l’énergie consommée par les Marocains provient d’Espagne. Les opérateurs ibériques sont également présents dans les grands projets d’énergies renouvelables. Cependant, les Espagnols ne comptent pas se cantonner à ces secteurs. Justement, la visite royale vise, entre autres, à implanter de nouvelles structures espagnoles au Maroc. C’est notamment le cas de l’opérateur téléphonique Telefonica qui a de grandes ambitions sur la région. Pour pouvoir mettre sur pied ces partenariats, la CGEM organise, mardi 16 juillet, une rencontre économique sous le thème: «Maroc-Espagne, un espace de prospérité partagée». L’évènement réunira une centaine d’hommes d’affaires marocains et espagnols en présence du Roi d’Espagne. Au programme: trois ateliers thématiques qui porteront sur «l’intégration économique et la co-localisation», «réseaux et infrastructures» et «partenariat technologique». L’objectif est d’ouvrir de nouvelles perspectives de partenariat commun. Cette assemblée sera également l’occasion d’annoncer la création du Conseil économique Maroc-Espagne. Il s’agit d’un regroupement indépendant d’entrepreneurs et d’organisations économiques du Maroc et d’Espagne visant à contribuer au développement continu des relations économiques et œuvrer pour le rapprochement des deux secteurs privés. L’objectif également est d’en faire une entité de représentation des intérêts des entreprises et du secteur privé espagnol au Maroc, et vice-versa. Le conseil devra aussi permettre aux opérateurs économiques de se positionner comme partenaire économique des organismes nationaux et internationaux dans la réalisation des projets de coopération.
    Le Maroc entend donc optimiser davantage sa proximité géographique et accélérer l’amélioration de ses infrastructures portuaires, routières… pour attirer le maximum d’investissements ibériques. Surtout qu’en ces temps de crise, les entreprises espagnoles gagneraient à diversifier leurs marchés/débouchés et produire de plus en plus à l’étranger. Pour illustrer la présence espagnole au Maroc, L’Economiste propose un aperçu sur huit entreprises espagnoles qui se distinguent par des activités à forte valeur ajoutée, une expertise et un transfert de savoir-faire.
     

    Roca: Une production de 8.000 pièces par jour!

    C’EST en 1994 que le spécialiste du sanitaire Roca décide de s’implanter  au Maroc via une filiale à part entière. Pour cet investissement, le groupe espagnol a misé pas moins de 800 millions de DH. Implantée dans la ville de Settat, Roca Maroc dispose de 2 unités de production avec une capacité de 2,4 millions d’unités par an, contre seulement 600.000 au démarrage de l’activité.  Aujourd’hui, l’usine de Settat produit 8.000 pièces par jour. Cependant, à cause de la crise dans le secteur immobilier, l’unité ne tourne pas à plein régime. Ainsi, le management de Roca Maroc ambitionne d’exporter une plus grande partie de sa production vers d’autres pays africains. Actuellement, 30% du chiffre d’affaires de l’entreprise est réalisé en Afrique. Malgré la forte concurrence des produits chinois, Roca compte sur la qualité de ses produits pour faire la différence.  L’unité de Settat a été construite sur une superficie de 60.000 m2 dont 70% couverts. Elle emploie actuellement pas moins de 650 personnes. L’usine dispose de deux fours principaux d’une température de 1.600 degrés chacun et de 3 séchoirs utilisant l’énergie produite par ces mêmes fours. Plus de 27 distributeurs agréés couvrent l’ensemble du Royaume et proposent des solutions  adaptées au style de vie de chacun en harmonie avec le quotidien.  Roca est présente au Maroc à travers deux marques: Laufen et Roca.

    Gamesa: Une référence dans l’éolien

    L’entreprise espagnole Gamesa est considérée comme l’un des principaux fabricants mondiaux d’aérogénérateurs (éoliennes). Au Maroc, l’entreprise compte plusieurs projets dans les énergies vertes. En 2011, elle livre un parc éolien à Ciments du Maroc. Un projet clés en main situé à Laâyoune. Le parc éolien est doté d’une puissance installée de 5 MW et dispose d’une capacité de production annuelle, tenant compte du rendement du site, de 16 G Wh. Le projet a nécessité un investissement de plus de 100 millions de DH. Gamesa compte également parmi ses clients l’Office national d’eau et d’électricité (ONEE). L’entreprise a pris part au projet de la centrale éolienne de Tanger. Le parc est doté d’une puissance totale de 140 MW, il devra fournir près de 536 G Wh. A travers le monde, Gamesa  compte plus de 10.000 MW éoliennes installées.

    SJL: Fleuron de la logistique

    Spécialisé dans la logistique, le groupe espagnol San José Lopez (SJL) Maghreb compte investir près de 111 millions de DH dans la logistique au cours des cinq prochaines années.  Un projet en partenariat avec le fonds Maroc Invest. SJL Maghreb, qui est présent au Maroc depuis près de 19 ans, effectue annuellement 10.000 traversées entre le Royaume et l’Union européenne. L’entreprise dispose d’un entrepôt au port de TangerMed. Une acquisition décidée au lendemain de la signature d’un gros contrat avec  Tyco, leader mondial dans la construction des pièces automobiles.  L’opérateur de la logistique compte parmi ses clients Renault, Inditex, Azura, Yazaki, Lear…

    Fagor: L’usine à frigos

    LE spécialiste espagnol de l’électroménager Fagor dispose d’une usine de fabrication de réfrigérateurs Fagor implantée à Mohammédia depuis 1995. Il y a deux ans, l’entreprise a opéré une véritable offensive sur l’Afrique. Fagor envisage de faire du Maroc une plateforme d’exportation vers l’Afrique qui, d’ici 2020, comptera un potentiel de 200 millions de consommateurs. Le groupe est présent sur le marché à travers trois marques phares: Fagor, Brandt et De Dietrich.  La production globale du groupe dépasse les 7 millions d’appareils électroménagers. Fagor est le 5e groupe européen d’électroménager. Il  revendique la première place sur les marchés français et espagnol avec plus de sept millions d’appareils vendus chaque année. Fagor réalise un chiffre d’affaires de plus de 1,7 milliard d’euros par an et emploie 11.000 personnes dans l’ensemble de ses unités. Il possède 16 usines de production à travers le monde.

    Copisa: L’ingénieur en chef des voiries

    AVEC plus de 50 ans d’expériences et une vocation centrée sur le partenariat et le développement, le groupe espagnol Copisa est spécialisé dans des domaines aussi variés que les routes, ferroviaire, hydraulique, énergie, mines … Au Maroc, le groupe mise beaucoup sur le génie civil. Sa présence effective remonte à 2010 grâce à un projet de traitement de l’eau. En 2011, le groupe crée une filiale à Casablanca et s’est vu ensuite attribuer deux grands contrats, portant sur l’élargissement de l’autoroute urbaine et la construction de la trémie «Dakar» (bd de la Résistance). D’autres chantiers  sont également en cours  de réalisation à travers le Maroc. Il s’agit du déploiement des services d’ingénierie, de fourniture et d’installation pour le renforcement de l’adduction d’eau potable dans la ville de Tanger, la réalisation de réseaux d’assainissement à Agadir et Saïdia ainsi que la construction de la station de traitement primaire d’épuration des eaux usées à Anza.

    Tecmed (groupe ACS), le spécialiste de la gestion des déchets

    Tecmed Maroc est une filiale d’Urbaser, division environnement appartenant au groupe ACS (Actividades de construcción y servicios). Le groupe ACS, qui fait partie de la délégation d’entreprises espagnoles qui accompagne le Roi Juan Carlos,   se positionne parmi les premiers groupes mondiaux dans les domaines de la construction, des services industriels, de l’énergie et l’environnement. Présent au Maroc depuis plus de 10 ans, Tecmed Maroc propose aujourd’hui une offre de services dans la gestion des déchets, notamment la collecte de déchets ménagers, le nettoyage et balayage urbain et la gestion de décharges. Avec une part de marché estimée à près de 40% (en 2010) et un chiffre d’affaires de 507 millions de DH, la société compte parmi les 3 principaux opérateurs internationaux du même secteur implantés au Maroc et est aujourd’hui leader dans la collecte des déchets au Maroc. Tecmed Maroc dessert 16 communes, soit une population de 5,2 millions d’habitants, et collecte annuellement près de 1,8 million de tonnes de déchets ménagers grâce à une flotte roulante de 900 véhicules et machines.

    Inditex, leader du fast fashion

    LE groupe Inditex a fait de Tanger un véritable hub pour sa production au Maroc. Pratiquement une entreprise textile sur deux dans la région travaille pour le compte du donneur d’ordre. Inditex fabrique à Tanger pratiquement la moitié de sa production marocaine
    Inditex Zara a renforcé sa présence au Maroc. Elle a décidé de produire plus au Portugal, au Maroc et en Turquie, et moins en Chine, à cause de l’augmentation des salaires et de l’inflation. Malheureusement, la crise a eu raison des objectifs de développements d’Inditex qui a annoncé en février dernier vouloir réduire ses commandes sous-traitées au Maroc. Mauvaise nouvelle pour un secteur textile national qui était déjà fragilisé par la crise en europe.
    Inditex qui possède  plusieurs marques ( Zara, Pull & Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara Home and Uterqüe), toutes présentes au Maroc, compte plus de 6.058 magasins dans 86 marchés à travers le monde.  Le groupe est composé de plus de 100 entreprises travaillant dans le design, la production et la distribution.

    Endesa , N° 2 de l’énergie en Europe

    Endesa est l’un des principaux groupes énergétiques dans le monde et c’est l’entreprise leader de ce secteur en Espagne. Elle participe depuis plus de 70 ans aux activités de production, distribution et de commercialisation d’énergie.
    Elle dispose d’une capacité installée de 39.6 GW, une présence dans 16 pays sur 3 continents. Depuis 2009, Endesa fait partie du groupe italien Enel, le second plus grand en Europe. Endesa est largement implantée en Europe et au Maghreb, notamment en Espagne, Portugal, France, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Grèce, Andorre, Irlande et au Maroc. Endesa détient 32% dans la station d’énergie électrique de Tahaddart. En 2012 , celle-ci a généré 2.830 GWh dont 906 GWh correspondent à la part d’Endesa.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc