×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Les Cahiers de l'Émergence

    Mohammed V-Agdal au bord de la rupture

    Par L'Economiste | Edition N°:4067 Le 04/07/2013 | Partager
    En un an, les effectifs ont augmenté de 20%!
    Les moyens fondent: 80 enseignants à la retraite chaque année

    POUR la troisième année consécutive, le calendrier universitaire a été respecté à la lettre! A la présidence de l’Université Mohammed V-Agdal, ce qui devait être une banalité est présenté comme une performance. «Il n’y a pas eu de perturbation due aux grèves, insiste le président de l’université, Wail Benjelloun. L’écoute et l’implication des étudiants dans la marche de leurs établissements ont supplanté la culture de grève de ces dix dernières années, ajoute-t-il.Durant l’année 2012-2013, l’établissement a dû faire face à l’afflux des effectifs toujours dans les établissements où la sélection à l’entrée n’existe pas. Les facultés de droit, de lettres et des sciences ont accueilli 10.056 nouveaux étudiants, soit une hausse de 49% par rapport à l’année précédente. C’est cette pression qui est aujourd’hui le grand défi pour les responsables. Les effectifs de l’université ont augmenté de 20%, à 32.693 étudiants. Pour faire face à la massification, l’annexe de l’Ecole normale supérieure (ENS) a été affectée à la faculté des sciences et un amphithéâtre a été construit à la faculté des lettres. A cette réallocation des locaux, il a fallu trouver de nouveaux créneaux pour des cours en fin de journée.
    Pour la prochaine année (2013-2014), le président de l’université reste confiant: «Vu le nombre des bacheliers de cette année, nous pensons pouvoir faire face à la demande». Pour satisfaire les besoins en enseignement, l’établissement compte poursuivre ses projets de construction. Deux amphithéâtres sont en cours de finition et deux autres sont lancés à la faculté des sciences.

    Hausse de 50% dans les facultés de droit, lettres et sciences

    La faculté des lettres sera aussi dotée de deux amphithéâtres. Ceux de la faculté de droit, situés au Grand Maghreb, et celui de l’ENS seront réaménagés. En parallèle, une étude de faisabilité pour le recours à l’expérimentation assistée par ordinateur (EXAO) a été lancée avec l’université de Montréal, en vue de mieux faire face aux besoins en travaux pratiques.
    L’autre grand défi auquel sera confrontée l’Université Mohammed V-Agdal est celui des départs massifs à la retraite du personnel administratif et technique. Sur 961 postes, l’établissement en a «perdu» 60 en 2012 et devrait perdre 69 cette année, auxquels il faudra ajouter 44 à transformer en postes d’enseignants-chercheurs. «C’est assez difficile pour nous de gérer ces départs à un moment où le nombre des étudiants augmente et les besoins en compétences deviennent plus pointus et plus pressants», constate le président. De ce fait, l’université se trouve impuissante, surtout en l’absence de création de postes administratifs et ce, durant trois années de suite.Sur le plan de recrutements, l’université a obtenu 33 postes de transformation et 27 nouveaux postes. Ce qui permettra de rééquilibrer relativement les charges d’enseignement et de recruter des profils afin de faire face aux nouvelles disciplines. Des recrutements vitaux, dans la mesure où l’université verra partir chaque année entre 50 et 80 enseignants-chercheurs à la retraite d’ici 2017.


    Bouchra SABIB

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc