×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tanger: Chrafate profite du programme New Medina

Par L'Economiste | Edition N°:4054 Le 17/06/2013 | Partager
La passation de pouvoirs entre aménageurs et corps élu, un point à ne pas négliger
Les villes du Sud veulent profiter des erreurs des nouvelles agglomérations lancées au Nord

Tanger a accueilli cette semaine les travaux de clôture du projet ‘‘New Medina’’ dans le cadre du programme ‘‘Ciudad’’ cofinancé par l’Union européenne. L’objectif, selon Al Omrane, maître de cérémonie et hôte de l’événement, était de réunir les partenaires du programme et mettre en avant les avancées du projet. Le projet New Medina, «De la ville pilote à la ville durable: réinventer les villes nouvelles», mis en œuvre dans le cadre de ce programme de coopération, s’étend sur quatre ans. Il est porté par un consortium composé de la communauté d’agglomération de Marne-la-Vallée/Val Maubuée, chef de file du projet, de la plateforme européenne de villes nouvelles, villes pilotes (ENTP), réseau de vingt-six villes européennes et de l’association Touiza Solidarité, localisée à Marseille. Ce consortium travaille en coopération avec la ville d’El New Fayoum, près du Caire, représentée par le centre national de recherche sur l’habitat et la construction (HBRC), la ville de Sidi Abdellah, près d’Alger, représentée par l’entreprise publique EPIC VNSA, et la ville de Chrafate, près de Tanger, représentée par Al Omrane. Ce projet a pour but de développer une approche durable de la ville appliquée à la construction de villes nouvelles dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée. Ceci passe principalement par l’amélioration des capacités des équipes locales (urbanistes, architectes, cadres et décideurs des collectivités locales) qui travaillent à la création de villes ou de quartiers nouveaux. Selon les conclusions de l’étude, il s’agit de préparer la relève lors du lancement des villes nouvelles entre les promoteurs-aménageurs et les élus afin de ne pas rater le bon démarrage de la vie au sein de ces urbanisations. Les panels d’experts et séminaires d’études contribuent à ces transferts de connaissance, transferts qui passent également par l’élaboration d’outils pédagogiques communs et d’études de terrain. La mise en place d’un réseau durable d’échanges entre les collectivités du Nord et du Sud de la Méditerranée est un autre élément central de ce projet, l’enjeu des villes nouvelles du Sud étant d’éviter de reproduire les mêmes erreurs que celles commises dans d’autres villes nouvelles par exemple en Europe dans les années 60 et 70 (problèmes notamment en termes d’intégration des principes environnementaux, d’efficacité énergétique, d’accessibilité, d’aménagement, de cohésion sociale, etc.). Enfin, la mise en œuvre d’études permet à la population et aux équipes de s’approprier le projet tout en veillant à leur durabilité.
Il a été aussi question de lancer une deuxième édition de ce travail en proposant un second projet New Medina II.

Ville verte

La future ville de Chrafate se trouve à 18 km au sud-ouest de Tanger, au carrefour de l’autoroute Tanger Med et la RN2. D’une superficie prévue de 769 hectares, la nouvelle cité comptera, une fois achevée, 30.000 unités d’habitat pouvant accueillir 150.000 habitants, pour un coût d’aménagement et d’infrastructures évalué à 2,4 milliards de DH. Ces derniers incluent 300 hectares qui seront dédiés à l’industrie en plus de 166 hectares de terrains verts.
Ce futur noyau urbain disposera d’habitations de divers types allant du logement économique de 140.000 DH aux villas pour hauts cadres. Chrafate devra servir de résidence pour l’encadrement des unités industrielles prévues dans le cadre des Zones d’activités, mais aussi pour l’accueil de centres de recherche ou autres dans le cadre du Technopark prévu.

De notre correspondant, Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc