×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Le RCAR décroche le prix anti-corruption des Nations Unies

Par L'Economiste | Edition N°:4048 Le 07/06/2013 | Partager
La cérémonie de remise le 23 juin au Bahreïn
L’Usine retraite CDG, avec «zéro papier»
Objectif: devenir gestionnaire de référence des régimes de retraite dans la région

Pour Moulay Ahmed Cherkaoui, directeur du pôle prévoyance de la CDG, «il existe une forte corrélation entre la lutte contre la corruption et l’implémentation d’une organisation éthique, agile et orientée client. Le modèle anti-corruption développé dans ce sens a permis au régime d’améliorer le taux de satisfaction des clients pour atteindre aujourd’hui 83%»

Le Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR), le pôle prévoyance de la CDG, a remporté le prix des Nations Unies au service public pour la région Afrique, catégorie «Prévention et lutte contre la corruption». Moulay Ahmed Cherkaoui, directeur du pôle, explique comment son organisme a pu se distinguer au niveau mondial. 

- L’Economiste: Vous avez remporté le prix des Nations Unies au service public. De quoi s’agit-il?
- Moulay Ahmed Cherkaoui: Ce prix, qui nous sera remis lors du Forum des Nations Unies pour la fonction publique le 23 juin prochain au Bahreïn, récompense chaque année la créativité et l’efficacité des institutions publiques du monde entier. Il s’agit de la plus haute reconnaissance internationale pour l’excellence et l’innovation dans le secteur public.

- Qu’avez-vous mis en place comme dispositif pour être distingué au niveau mondial?
- Le Régime a décroché ce prix grâce à son modèle de prévention contre la corruption. Nous avons conçu celui-ci car nous sommes convaincus de l’existence d’une forte corrélation entre la lutte contre ce fléau et l’implémentation d’une organisation éthique, agile et orientée client. Cette reconnaissance internationale récompense donc les efforts déployés par la CDG depuis plusieurs années au sein de son pôle prévoyance, à travers un large programme de modernisation, basé sur la refonte des systèmes d’information, l’automatisation et dématérialisation des processus et sur le renforcement des dispositifs de bonne gouvernance.

- Quelles sont les bases de ce modèle anti-corruption?
- Nous avons en premier lieu impliqué le personnel à travers des programmes de formation, de sensibilisation et à travers la mise en place d’un code de déontologie. Il était également question d’élaborer une cartographie des risques liés à la pratique des pots-de-vin et à la fraude, tout en  restant attentifs aux réclamations de nos clients, fournisseurs et de notre personnel.
- L’ICPC partage les mêmes objectifs que le RCAR en matière d’éradication de ce phénomène? Vous a-t-elle soutenus dans votre démarche?
- Effectivement, notre candidature au prix de l’ONU a été enrichie par les recommandations de l’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC) qui a également validé notre modèle organisationnel comme plateforme efficace de prévention contre la corruption.

- Concrètement, quels sont les avantages majeurs de ces initiatives? Qui en sont les principaux bénéficiaires?
- D’une part, nos actions anti-corruption nous ont permis d’améliorer la qualité du service rendu aux clients et partenaires. Cela s’est traduit par l’augmentation du taux de satisfaction qui a  atteint aujourd’hui plus de 83%. D’autre part, l’ensemble des dispositifs qui ont été déployés, ont permis à la CDG de mettre en place une véritable plateforme de gestion. Il s’agit de l’Usine retraite CDG. Celle-ci a accompagné les pouvoirs publics dans l’intégration de plusieurs fonds et caisses internes de retraite avec une réactivité exemplaire et au moindre coût.

- En plus de l’amélioration du service fourni aux clients, quels sont les autres objectifs de vos actions?
- Le pôle prévoyance a inscrit dans sa vision stratégique de devenir un gestionnaire de référence des fonds de prévoyance et des régimes de retraite dans la région Afrique et Moyen-Orient. Pour y parvenir, nous avons décidé de challenger notre modèle organisationnel dans le cadre de prix et reconnaissances, nous mettant justement en compétition avec des organismes de prévoyance et des établissements publics au niveau national et surtout international. Cette vision stratégique nous a valu plusieurs reconnaissances comme le  prix national de la qualité en 2010 et le 2e prix des Nations Unies pour l’initiative «Zéro papier» en 2012.
Propos recueillis par
Hajar BENEZHA

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc