×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le stock du poulpe au plus haut

Par L'Economiste | Edition N°:4045 Le 04/06/2013 | Partager
La campagne estivale ouverte depuis le 1er juin
10.900 tonnes autorisées dans la zone aménagée
La biomasse a plus que doublé d’une saison à l’autre

La biomasse du poulpe s’est améliorée de 130% après l’arrêt  de la pêche observé du 1er avril au 31 mai. Le constat a été relevé par l’Institut national de recherche halieutique après une campagne de prospection menée entre le 13 avril et le 3 mai dernier

C’est parti pour la campagne d’été. La pêche aux céphalopodes est ouverte depuis samedi 1er juin pour s’étendre jusqu’au 10 août. 
D’après le ministère de l’Agriculture et de la Pêche, «cette nouvelle saison démarre dans un contexte favorable marquée notamment par l’amélioration de la ressource». En effet, l’arrêt généralisé de pêche au cours du printemps 2013 qui a duré deux mois (du 1er avril au 31 mai 2013) a donné ses fruits. Ce repos biologique a aussi bénéficié de conditions climatiques favorables. Ce qui a largement favorisé la reconstitution des stocks du poulpe. Stock qui se révèle actuellement plus important par rapport au printemps 2012. Le constat a été relevé par l’Institut national de recherche halieutique qui a effectué une campagne de prospection  du 13 avril au 3 mai dernier.
Il en ressort que la biomasse du poulpe s’est améliorée de 130% d’une campagne à l’autre. Avec à la clé, un taux de reproducteurs matures relativement important notamment chez les femelles. Ce qui a amené la tutelle à augmenter le volume global des captures autorisées. Pour la saison qui vient de démarrer, les quantités à pêcher dans la zone aménagée s’élève à 10.900 tonnes soit  50% de plus par rapport à la campagne d’été 2012.
Le redressement de la situation s’explique aussi par les différentes mesures, en particulier le plan d’aménagement de la pêcherie dans le cadre de la stratégie Halieutis. Ce plan a introduit des conditions d’exploitation de la ressource qui fluctuent à la hausse lorsque la situation bioclimatique le permet. Mais la pêche au poulpe peut aussi diminuer au cas où la pêcherie accuserait un déficit. Ceci, sur tout le littoral national sur l’Atlantique et la Méditerranée. Au lieu du système de quota dont les résultats s’avéraient souvent contestables, «on a mis en place un mode d’exploitation rationnel et durable», se félicité un cadre du département de la Pêche. Mais la limite d’un volume maxima. Ceci, en «concertation étroite avec les opérateurs du secteur. D’ailleurs, c’est grâce à l’adhésion de ces derniers que la période d’arrêt généralisé au littoral national a été respectée.
Il faut dire aussi que les mesures de contrôle, de suivi par satellite ont été dissuasives vu la lourdeur des sanctions. Le tout pour se conformer à la réglementation internationale sur la pêche illicite non déclarée et non réglementée.


A. G.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc