×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Oujda: L’ENCG à la rescousse des entreprises

Par L'Economiste | Edition N°:3942 Le 04/01/2013 | Partager
Des journées dédiées à la valorisation des PME d’agroalimentaire
Passer d’une culture traditionnelle de gestion à une culture managériale
Faciliter l’appréhension et la maîtrise des différents paramètres financiers

L’ENCG d’Oujda assure des formations en gestion financière et comptable, audit et contrôle de gestion, gestion commerciale, et commerce international

L’ouverture de l’Université Mohammed I d’Oujda sur les secteurs productifs de l’Oriental est un choix stratégique de formation et une nécessité économique. Les différentes formations dispensées ne peuvent aboutir sans une collaboration étroite entre la recherche et les secteurs productifs. C’est ce à quoi s’attelle l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) en programmant des cursus en adéquation avec les attentes exprimées par les entreprises et les différents acteurs de développement économique. Le travail réalisé par les étudiants des différentes options à pour finalité de booster le secteur mais doit passer par l’organisation de journées de communication autour des thématiques retenues. Et c’est pour mieux faire connaître les tâches réalisées par les étudiants de la 5e année qu’une série de journées à thématiques ciblées ont été et seront organisées. C’est le cas pour la conception d’un modèle de gestion adapté aux Minoteries de l’Oriental, et la conception d’une démarche marketing pour promouvoir les produits maraîchers, avicoles, agrumicoles et céréaliers. «C’est la première fois qu’on pense à l’adaptation du contrôle de gestion pour le secteur céréalier au niveau de l’Oriental. De surcroît, nous nous sommes focalisés sur l’aspect budgétisation lié aux minoteries», indique l’un des argumentaires réalisés à cette occasion. L’apport d’une telle approche est d’une importance capitale car il a été réalisé sous forme d’une application informatique simplifiée et adaptée aux différentes formes d’entreprises actives dans le domaine. De même, l’apport de ces applications facilite la formalisation de la gestion budgétaire des minoteries.
Quant à la journée consacrée à la bonne gouvernance des PME du secteur avicole, les étudiants chercheurs de l’option gestion financière et comptable ont insisté sur l’importance d’optimiser la gestion financière pour en faire un outil performant. Le secteur avicole au niveau de l’Oriental est rentable mais souffre de la dispersion de ses différents acteurs. «La production qui est destinée à des clients locaux est suffisante mais il y a un manque à gagner. Il faut s’organiser soit en regroupements ou en coopératives afin d’améliorer la rentabilité du secteur et viser de nouveaux marchés», souligne un des étudiants.
De leur côté, les étudiants de l’option marketing et action commerciale ont sensibilisé à l’importance de la démarche marketing pour promouvoir les produits maraîchers. Une culture qui fait la fierté de cette région mais qui doit préconiser des actions correctives permettant de structurer et reconfigurer la distribution des produits maraîchers dans les trois canaux de distribution: les grandes et moyennes surfaces, le marché de gros et le marché traditionnel (souk). La finalité étant de rentabiliser davantage cette culture et d’encourager les agriculteurs à varier leurs marchés de destination.


De notre correspondant, Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc