×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les régions intègrent le changement climatique

    Par L'Economiste | Edition N°:3882 Le 05/10/2012 | Partager
    Après Rabat, Marrakech et Agadir auront leur propre plan d’action
    Un budget de 1 million de DH par ville

    Quelque 450 exposants de 17 pays, dont la France, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne sont venus présenter leurs solutions au salon Pollutec qui prend fin demain

    Pollutec, le salon des équipements, des technologies et des services de l’environnement ferme ses portes demain à Casablanca. Pour cette édition, quelque 450 exposants de 17 pays (France, Italie, Espagne, Allemagne, Tunisie,…) sont venus présenter leurs solutions. «Nous avons ressenti un intérêt grandissant des opérateurs marocains pour les solutions liées au respect de l’environnement», confie Patricia Coet, représentante Maroc du spécialiste français de recyclage des déchets, Seremat.  Il n’y a rien à y redire, les questions liées à la protection de l’environnement et à l’efficacité énergétique se sont bel et bien installées dans les orientations stratégiques du Maroc. Aujourd’hui l’on franchit une nouvelle étape avec l’intégration de la composante changement climatique dans la planification territoriale. Le Maroc ne fait certes pas partie du «club» des grands pollueurs, mais il est, à l’instar du reste de la planète, impacté par le changement climatique. La sècheresse, par exemple, réduit le niveau d’eau dans les nappes phréatiques de 2 mètres par an. Le ministère chargé de l’Environnement décide donc de passer à la vitesse supérieure en incitant les régions à adopter des «Plans territoriaux de lutte contre le changement climatique». Une première expérience pilote a été menée au sein de la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër. Elle sera bientôt dupliquée au niveau de Marrakech et Agadir. «Le projet sera bientôt lancé avec un budget de 1 million de DH par ville», annonce un responsable au ministère de l’Energie. Le maire d’Agadir, Tariq Kabbage, s’est d’ailleurs déplacé à Pollutec avec une délégation de 14 personnes, à la recherche de solutions pour, entre autres, le traitement des eaux usées et des déchets solides, ainsi que la valorisation des déchets de la nouvelle décharge de la capitale du Souss.
    A terme, chaque région devra donc mettre en place un comité de pilotage présidé par le wali, élaborer un diagnostic des forces et faiblesses à l’égard du changement climatique, et enfin, monter un plan d’actions assorti d’un montage financier.
    Les initiatives en faveur de l’environnement, par ailleurs, se multiplient. A l’instar de l’outil de mesure des émissions des gaz à effet de serre, spécifique au Maroc, qui est en cours d’élaboration. Il est développé par la Fondation Mohammed VI pour l’environnement en partenariat avec  l’Agence française de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEM). «L’objectif est que chaque opérateur marocain puisse évaluer son impact carbone», précise-t-on du côté de l’ADEM.


    Ahlam NAZIH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc