×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La CGEM codifie son histoire

    Par L'Economiste | Edition N°:3682 Le 21/12/2011 | Partager
    Quatre chercheurs sur les traces de l’organisation patronale
    L’objectif d’étudier l’évolution du patronat depuis 1947, date de sa création

    Depuis 1947, date de la création du patronat, les présidents de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) provenaient essentiellement du secteur de l’industrie.
    Sauf les deux derniers patrons des patrons, en l’occurrence Moulay Hafid Elalamy et l’actuel Mohamed Horani, qui sont issus des services

    Le patronat veut capitaliser sur sa mémoire. Mohamed Horani, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), vient de recruter quatre experts en histoire. Une équipe de chercheurs, qui comprend un anthropologue, un économiste, un historien, laquelle sera chargée de retracer l’histoire de l’organisation patronale. «Après mon élection, j’ai essayé d’en savoir un peu plus sur les origines de l’organisation patronale, la mission du président, mais je n’ai trouvé aucun fond documentaire», explique le patron des patrons. Or, la CGEM a vu le jour en 1947, bien avant le Medef dans sa forme actuelle, qui remonte aux années 90. Pour rappel, au tout début, la CGEM s’appelait la Confédération générale du patronat au Maroc (CGPM). Le 5 avril 1956, la CGPM est devenue la Confédération générale interprofessionnelle économique et sociale (CGIES). Au moment de l’indépendance, la CGIES est devenue la Confédération générale économique marocaine (CGEM). Mais à partir de 1995, elle est devenue la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).
    Pour l’heure, le groupe de chercheurs est en train de recueillir les témoignages de tous les opérateurs qui ont contribué au mouvement patronal depuis ses débuts au Maroc. «Nous allons exécuter ce travail de documentation avec une approche rigoureusement scientifique, loin de toute démagogie», précise Horani. Ce chantier de codification a pour objectif d’étudier l’évolution du patronat marocain à travers l’histoire. Il s’agit donc d’analyser les péripéties de l’entrepreneuriat national, les entreprises familiales, la marocanisation, les relations syndicales, les rapports patronat-gouvernement, les mutations de l’organisation patronale… Le travail de recherche s’attachera également à examiner les modèles de management des différents présidents de la CGEM, les implications des programmes d’ajustement structurel (PAS) sur les décisions du patronat…
    La codification de l’histoire du patronat débouchera ensuite sur un référentiel. Une sorte d’encyclopédie de la Confédération patronale. «Quand j’ai été désigné à la présidence de la CGEM, j’ai promis d’élaborer une vision et de documenter l’histoire du patronat pour la sauvegarder. Il faut connaître son histoire pour pouvoir se projeter dans l’avenir», ajoute Horani.
    Pour rappel, Mohamed Horani a été élu à la tête de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) en mai 2009. En principe, son mandat se termine en juin 2012. Pour l’heure, aucune information ne filtre sur son éventuelle candidature à un deuxième mandat à la tête de la CGEM. Rempilera-t-il?

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc