×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Le 11 septembre, 10 ans après
Une économie mondiale au bord du gouffre…

Par L'Economiste | Edition N°:3612 Le 09/09/2011 | Partager
Le krach financier de 2008 plus fort que le choc des attentats
La reprise après le 11 septembre n’avait pris que 2 mois

Depuis son arrivée au pouvoir, Barack Obama ne cesse de rivaliser d’imagination pour sauver l’économie américaine en détresse depuis le krach financier de 2008. Il vient de proposer un plan de 300 milliards de dollars pour lutter contre le chômage

L’économie mondiale n’a pas plus souffert des attentats du 11 septembre que de la crise financière de 2008, dont les effets ont été radicaux. Spéculation, subprimes, krach financier… Depuis cette date, la reprise économique est anémique, les taux de croissance ralentissent dans la plupart des pays et le système financier oscille à nouveau au bord du gouffre.
Le choc du 11 septembre avait certes de quoi faire douter le plus optimiste des investisseurs, mais les USA, en dépit des 256 milliards de faillite, avaient réussi à garder le cap sans trop de dégâts. Au lendemain du tragique évènement, le soutien de l’opinion interne et externe, l’annonce des soutiens publics, les politiques monétaires, militaires et sécuritaires, les stratégies de relance, et la réouverture des marchés financiers après 4 jours, ont assagi les craintes en deux mois. Le PIB des Etats-Unis n’a baissé que de 0,5%, le taux de chômage de 1%, quant au taux de change du dollar, en forte hausse depuis fin 1999, il n’a subi qu’une très faible baisse en 2001. Dans la zone euro, le taux de croissance du PIB réel est passé de 1,6 % au second trimestre 2001 à 1,3%, environ, au 3e trimestre. Dans l’ensemble des pays en développement, la croissance est passée de 5,8% en 2000 à 4% en 2001, à cause de la baisse des importations des pays avancés. Mais l’économie des pays émergents comme celle de l’Europe centrale (3,8 à 3%) n’ont pas réellement souffert comme la Russie (de 8,5 à 5,8%.)
La refondation diplomatique en cours entre l’Occident et la Russie, teintée par l’exploitation du pétrole de l’Asie Centrale, pose le problème des relations économiques à long terme entre USA, Europe, Russie et Asie. La Russie manifeste clairement, depuis le 11 septembre, son désir d’une plus forte interaction avec l’économie UE et internationale. L'objectif est de profiter de nouveaux transferts technologiques privés, pour exploiter de manière plus productive ses immenses ressources, et de renforcer sa position internationale.

F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc