×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Lutte contre la corruption
Un Observatoire de suivi lancé par l’OCDE

Par L'Economiste | Edition N°:3549 Le 10/06/2011 | Partager
Pour un fort engagement de la région Mena
Activer les réformes et appliquer les lois

La lutte contre la corruption figure parmi les revendications principales soulevées dans les mouvements sociaux qui ont secoué dernièrement quelques pays arabes. Les responsables de ces pays sont fortement interpellés pour passer à l’acte, par la mise en place de stratégies à s’attaquer à ce fléau, considéré comme un handicap pour le développement. Pour ce faire, le dialogue multipartite avec échange d’expériences dans le domaine est vivement recommandé. C’est l’objet de la conférence de haut niveau, ouverte hier à Rabat et qui va durer deux jours, sur la lutte contre la corruption dans la région Mena. «Des engagements contre la corruption à l’action: transparence, participation et prééminence du droit» a été le thème choisi pour cette manifestation. A noter que cette dernière a été organisée à l’initiative du ministère de la Modernisation des secteurs publics, avec le soutien de l’OCDE et du PNUD et en coordination avec l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Concernant ce sujet «la problématique posée réside dans l’existence d’un écart entre les engagements pris et leur application», rappelle d’emblée, Abbas El Fassi, Premier ministre, lors de la séance d’ouverture des travaux de cette rencontre. Un constat partagé par Richard Boucher, SG adjoint de l’OCDE. Pour ce dernier «les gouvernements doivent démontrer leur engagement à se rapprocher des stands internationaux contre la corruption, telles la Convention de l’OCDE et celle des Nations unies. Mais, il faut aller plus loin que des principes et des déclarations ». Le responsable de l’OCDE a rappelé que son organisation dispose d’un large éventail d’outils pour soutenir les réformes dans les pays Mena. Dans le cadre de l’initiative Mena-OCDE, des revues par les pairs ont été menées à la demande des pays de la région. «Ainsi, l’Irak, la Jordanie, l’Egypte, le Maroc (à plusieurs reprises), le Yémen et l’Autorité palestinienne ont entrepris des revues de leurs politiques de prévention de la corruption et de la promotion de l’intégrité dans le secteur public», indique Boucher. Selon ce denier, l’OCDE envisage de lancer un Observatoire de suivi de la mise en œuvre des réformes contre la corruption dans la région Mena. «Mais le chantier de la lutte contre la corruption ne concerne pas uniquement les gouvernements qui devraient mettre en place les lois et veiller à leur stricte application», tient à rappeler Dimitri Vlassis, chef de la section de la lutte contre la corruption et la criminalité économique à l’ONUDC. Pour ce dernier, l’implication du secteur privé est nécessaire dans la lutte contre la corruption.
«L’engagement de l’entreprises ne se limite pas uniquement à s’interdire de pratiquer les pots de vin. Mais doit mettre en palace un système de monitoring pour éviter que les lois et la réglementation ne soient violées par ses dirigeants», explique Vlassis.
Rappelons par ailleurs que le Maroc a été sélectionné l’année dernière par tirage au sort avec 25 autres pays, pour évaluer son engagement dans la lutte contre la corruption. Selon Vlassis, la publication du résumé de cette évaluation, qui deviendra un document des Nations unies, est attendue à la fin de l’été.

 

Autres échéances


Rabat va abriter une autre rencontre les 27 et 28 juin dédiée au continent africain. Les conclusions de cette dernière avec celles sur la région Mena vont contribuer à la préparation des débats de la 4e séance de la conférence des Etats parties de la convention des Nations unies contre la corruption qui se tiendra fin octobre prochain à Marrakech.


Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc