×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Taghazout: Colony Capital à nouveau défaillant

Par L'Economiste | Edition N°:3549 Le 10/06/2011 | Partager
Mais pas de changement dans le programme
La société en charge du chantier en phase finale de constitution

Site où sera construite la future station balnéaire. Le concept de développement durable est toujours maintenu. L’occupation du sol ne dépassera pas 6% de manière à préserver notamment l’arganeraie (Ph. Archives)

CHANGEMENT de taille dans le projet de la nouvelle station balnéaire de Taghazout. Le fond d’investissement américain ne figure plus parmi les actionnaires de la société en charge de ce chantier d’envergure. C’est ce qu’a indiqué Yassir Zenagui, ministre du Tourisme à L’Economiste. «Colony Capital voulait rester dans le projet, mais en raison de la conjoncture internationale, il n’est pas prêt à nous suivre pour le moment. Nous ne pouvons cependant attendre plus», précise-t-il.
En effet, comment annoncé lors de la relance de ce projet en septembre 2010, Znagui veut que les travaux soient lancés incessament. Peut-être même avant la fin de ce premier semestre 2011. L’on avance que le coup d’envoi devrait être donné à la fin de ce mois. L’actionnariat est donc reconfiguré. Pour rappel Colony capital devait s’impliquer dans la Société d’aménagement et de développement de Taghazout (SADT) à hauteur de 25% du capital social fixé à 100 millions de DH à la création de l’entité. Cependant, «la porte reste ouverte au fonds américain qui peut nous rejoindre à tout moment», ajoute le ministre. Selon lui, il n’y a pas, contrairement à des rumeurs, de poursuites judiciaires de la part de Colony Capital à l’encontre du gouvernement, suite à la résiliation du précédent projet pour non respect des engagements (cf:www.leconomiste.com).
Pour rappel, le gouvernement avait résilié en avril 2009, du temps où Mohamed Boussaïd était en charge du département du Tourisme, la convention relative à la mise en valeur de la station touristique qui avait été conclue avec le consortium attributaire réunissant le groupe Colony Capital et la société Satocan.
«Il y a bien eu des négociations dans le cadre de la relance du projet de Taghazout. Et ce qui devait se faire, c’est de prendre en compte l’apport de Colony Capital en cas d’utilisation du travail déjà réalisé dans le précédent projet résilié», explique Yassir Zenagui. Selon une source sûre, Colony Capital risquerait, par contre, d’être poursuivi par les banques qui ont soutenu le projet antérieur. Et ce pour remboursement des crédits alloués.
Pour ce qui est des autres actionnaires, pas de changement ou presque. La CDG et le groupe Alliance développement participent toujours au projet. Les autres actionnaires sont également les mêmes. Pour rappel, il s’agit de la Smit qui détient le foncier (620 ha) et la société Sud parteners. Au sein de celle-ci, le chef de file reste toujours le groupe Akwa mais deux sociétés locales se sont désistées. Il s’agirait des groupes Belhassan et Bicha. «Cette entité Sud Parteners reste ouverte à toute entreprise qui souhaiterait investir dans le projet», souligne le ministre. Il faut noter que le projet Taghazout, relancé en septembre dernier, est un investissement global de l’ordre de 6 milliards de DH. Le concept retenu est toujours maintenu pour cette zone suite à une étude réalisée par le cabinet américain WATG pour le compte du département du Tourisme. Un concept respectueux de la nature et qui se veut, par conséquent, porteur de développement durable. L’occupation du sol ne dépassera pas 6%, de manière à préserver notamment l’arganeraie qui constitue une des plus grandes richesses végétales du site.
Ce qui est, en fait, prévu, c’est de développer un éco-resort touristique de faible densité et d’une capacité d’environ 8.000 lits dont 5.800 lits hôteliers. Une aubaine pour Agadir qui a tant besoin d’une plus grande capacité litière. Sans compter que ce programme d’envergure nationale devrait générer à terme environ 20.000 emplois directs et indirects. Il ne reste plus qu’à passer à l’action. Le calendrier semble serré. Outre finaliser la création de la société en charge du projet, il est prévu aussi la signature de la convention d’investissement avec le gouvernement pour s’atteler alors aux démarches d’autorisation de lotir et de construire. Mais il faut encore y croire.

 

Etat d’avancement


LA Société d’aménagement et de développement de Taghazout (SADT) en phase finale de création sera dotée d’un capital initial de 100 millions de DH, dont 25% déjà libérés par les actionnaires. Cette société assurera le rôle d’aménageur du terrain et de développeur d’une partie (ou de la totalité) du projet de Taghazout, est-il indiqué. Son activité est vouée à la réalisation des travaux d’aménagement/lotissement et de viabilisation du terrain. De même, elle devrait réaliser une partie des composantes du programme à savoir, le parcours de golf et son club house, l’hôtel du golf, la médina, le village de surf, le camping international, la réserve d’arganiers ainsi que ses coopératives sans oublier les résidences immobilières. En outre, la Sadt sera chargée de lots de terrains viabilisés au profit des sociétés de développement. Pour l’heure, le directeur général de la SADT a été désigné et les études urbanistiques et études de faisabilité du projet sont en cours de réalisation. Des réunions de concertation avec le département de l’Equipement d’Agadir et le bureau d’étude CID pour le projet de la voie de contournement de Taghazout, ont par ailleurs lieu. Le lancement des appels d’offres pour les travaux devrait suivre une fois l’étude terminée. Parallèlement des réunions techniques avec les concessionnaires ONEP, ONE et RAMSA pour traiter les aspects techniques relatifs à l’alimentation du projet et à l’aspect assainissement (station d’épuration) se tiennent.
A noter que le démarrage des travaux d’aménagement du golf est prévu à la fin de cet été. L’ouverture de la station avec un premier hôtel golf de 18 trous est annoncée pour 2014.

Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc