×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Alstom/Nexans
Les enjeux de la joint-venture

Par L'Economiste | Edition N°:3549 Le 10/06/2011 | Partager
La nouvelle société pour produire les faisceaux de câbles ferroviaires
Elle sera opérationnelle d’ici la fin d’année

Jean-Michel Geffriaud, senior vice président d’Alstom, et Frédéric vincent, PDG de nexans lors de la signature de la joint-venture, sous l’œil attentif du Karim Ghellab et Ahmed Réda Chami (Ph. Bziouat)

Alstom et Nexans, les deux leaders mondiaux dans les domaines électrique et électronique, ont signé mercredi dernier à Rabat un accord en vue de créer une joint-venture, sous la présidence d’Ahmed Réda Chami et Karim Ghellab. L’objectif est de produire au Maroc, des faisceaux de câbles ferroviaires et des armoires électriques basse tension. La création effective de la société se fera d’ici septembre prochain pour un démarrage prévu avant la fin de l’année. Les premières livraisons sont attendues pour début 2012. Le chiffre d’affaire devrait atteindre 314 millions de DH en 2015 avec la création de 400 emplois.
Pour Jean-Michel Geffriaud, senior vice président d’Alstom, « cette nouvelle société témoigne de la volonté du groupe de soutenir le développement du marché et de la filière ferroviaire locale. Elle constitue une étape supplémentaire pour favoriser l’émergence d’un centre de compétences ferroviaires au Maroc. Et ce, grâce au développement des emplois locaux directs et indirects et le transfert du savoir-faire».
Frédéric Vincent, PDG de Nexans abonde dans le même sens. « Notre présence au Maroc depuis 1950 nous a permis d’être un acteur majeur dans le développement des activités industrielles. Avec ce partenariat, nous contribuons à l’évolution du secteur du transport. Ainsi, le groupe continuera de l’accompagner dans son ambitieuse politique », a-t-il souligné.
Cette société commune sera détenue à parts égales par les deux associés. Alstom apportera la charge de travail initiale et assurera la conception des sous-ensembles. Quant à Nexans, elle transmettra le savoir-faire en la matière et pilotera leur industrialisation.
La production de cette future société, portera en premier lieu sur le développement des faisceaux de câble et les sous ensembles qui constituent le système nerveux des trains et des tramways. Une partie de la production sera destinée à l’export.
Le reste sera affecté à l’équipement du matériel roulant Alstom, destiné au marché marocain notamment le tramway de Casablanca et le futur TGV. A l’échéance de cette première phase, la production sera étendue à d’autres constructeurs. Ainsi, la société envisage de diversifier ses activités. L’idée est de satisfaire d’autres clients ferroviaires et ceux d’autres secteurs.
Ahmed Réda Chami a qualifié cette collaboration «d’exemplaire». Pour lui, «elle permettra au Maroc d’avoir non seulement un TGV mais aussi une belle filière industrielle ferroviaire». L’idée est de rendre cette démarche de contreparties industrielles systématique pour tous les grands investissements publics. Le ministre a indiqué que, «le groupe s’est engagé à s’approvisionner auprès de fournisseurs locaux, pas seulement pour ses projets au Maroc mais aussi pour ses autres contrats à travers l’Europe».
Soumaya BENCHERKI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc