×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sommet: Shroeder-Poutine

    Par L'Economiste | Edition N°:1921 Le 21/12/2004 | Partager

    . Ukraine, Europe et économie au menu Le chancelier allemand Gerhard Schroeder et le président russe Vladimir Poutine se retrouvent les 20 et 21 décembre à Hambourg et Schleswig (Nord) pour parler notamment de l’Ukraine, de l’Europe et de la coopération économique bilatérale.Cette rencontre aura lieu dans le cadre de la septième édition des traditionnelles consultations gouvernementales germano-russes, auxquelles participeront les principaux ministres des deux pays.Ces consultations étaient initialement prévues début septembre, mais le président russe avait reporté sa visite à la suite de la prise d’otages de Beslan (Caucase, Ossétie du Nord), qui a fait au moins 344 morts.Quelques jours après la décision historique de l’UE d’ouvrir des négociations d’adhésion avec la Turquie, la politique européenne sera au centre des entretiens entre Gerhard Schroeder et Vladimir Poutine, de même que la coopération économique germano-russe et les échanges entre jeunes allemands et russes, a indiqué le porte-parole du gouvernement allemand, Bela Anda.L’Ukraine sera également au menu des discussions, à quelques jours du nouveau second tour de l’élection présidentielle ukrainienne le 26 décembre.Gerhard Schroeder, qui entretient une forte relation personnelle avec Vladimir Poutine, avait eu plusieurs entretiens téléphoniques avec le président russe fin novembre lors de la crise provoquée par cette élection falsifiée, alors que des tensions étaient nées entre Moscou et l’Union européenne.Schroeder et Poutine s’entretiendront aussi de la situation en Irak et au Proche-Orient, et peut-être de la réforme des Nations unies, a ajouté Anda.Par ailleurs, plusieurs accords doivent être signés dont un sur les échanges de jeunes Allemands et Russes, notamment d’écoliers, et un autre sur le vol spatial d’un astronaute allemand avec des cosmonautes russes.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc