×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Recherche scientifique
    Une «cité de la science» en construction

    Par L'Economiste | Edition N°:1921 Le 21/12/2004 | Partager

    . Elle s’étendra sur 2,5 ha dont 13.000 m2 construits. Elle abritera le centre de recherche et plusieurs bibliothèques. Sans oublier les plates-formes dédiées à l’analyse de la matièreLe Maroc finira par avoir un site dédié à la recherche scientifique. Les travaux de construction du complexe de Hay Riad à Rabat sont bien avancés. Ils devraient être bouclés à la fin 2005. Le terrain qui s’étend sur une superficie de 2,5 ha abritera un complexe de 13.000 m2. D’un côté, le siège du Centre national de recherche scientifique et technique (CNRST) s’étalera sur 4.000 m2 couverts et sera un lieu de rencontre entre les chercheurs. De l’autre, l’Institut marocain de l’information scientifique et technique (IMIST) sera bâti sur 9.000 m2 couverts et abritera une bibliothèque scientifique et 5 bibliothèques thématiques. Le coût global du projet est estimé à 170 millions de DH dont 150 millions pour l’IMIST. A terme, l’Institut emploiera une centaine de personnes et contractera des abonnements dans 3.000 revues et 100.000 monographies. «Cette institution est censée combler le déficit des bibliothèques universitaires. Elle aura en charge d’assurer une veille technologique et contribuera à la création d’une intelligence économique nationale», précise Saïd Belcadi, directeur du CNRST. Les opérateurs de tout bord auront la possibilité de commander des documents d’analyse et de synthèse sur des questions qui les concernent. En outre, une base de données des compétences locales, qui est déjà opérationnelle sur le site de l’Institut, sera enrichie par une liste d’experts ne relevant pas du monde universitaire. Cette base devrait répondre au mieux aux besoins d’encadrement des entreprises engagées dans un processus de mise à niveau (www.imist.ma/competences). Parallèlement, le CNRST est engagé dans la création d’Unités d’appui technique à la recherche scientifique (UATRS). Ces unités seront dotées d’équipements scientifiques de dernière génération d’une valeur de plus de 50 millions de DH. Il s’agit de plates-formes techniques équipées en matériel lourd et performant. Il sera mis à la disposition de la communauté scientifique et du monde de l’entreprise pour effectuer des analyses chimiques et biologiques et la caractérisation des matériaux. Deux de ces plates-formes seront opérationnelles dès janvier 2006. Elles ont requis un investissement de plus de 25 millions de DH. Ce parc d’instrumentation regroupe une quinzaine d’experts scientifiques permanents (chercheurs, ingénieurs entre autres) dans des spécialités complémentaires (chimie, biochimie, informatique, électronique...). L’objectif est de permettre à l’équipe d’assurer des prestations de services et de recherche dans des conditions optimales.. Des bourses d’excellence En 2004, le CNRST a octroyé 200 bourses d’excellence à de jeunes chercheurs qui préparent des thèses dans les laboratoires universitaires. En 2005, 200 autres bourses seront attribuées. La dotation nette s’élève à 2.300 DH par mois. Objectif: attirer les meilleurs étudiants vers la recherche scientifique et technique et promouvoir une recherche de qualité tout en préparant la relève des enseignants-chercheurs des établissements d’enseignement supérieur.


    Plus de 500 projets de recherche en cours

    Le CNRST soutient dans le cadre du programme d’appui à la recherche scientifique plus de 530 projets pour 130 millions de DH. Le Centre accompagne ces projets à l’issue d’une consultation par voie d’appels d’offres auprès des chercheurs. Pour l’heure, 6 thématiques sont jugées prioritaires: la qualité de vie, la préservation et la valorisation des ressources nationales, les sciences humaines et sociales, les sciences et techniques de l’information, l’agriculture en conditions difficiles, l’innovation et la compétitivité des entreprises. . Des experts au service de l’entrepriseLa base de données des compétences locales s’avèrera particulièrement utile pour le programme d’appui à l’industrie. Ce programme mis sur pied en partenariat avec le ministère du Commerce et de l’Industrie fonctionne depuis une année. Cela a permis de créer 2 réseaux. Le premier a trait à la diffusion technologique. Dans les faits, les délégations régionales du MCI rendent visite aux PME /PMI et identifient les problèmes technologiques. La base de données des compétences permet ensuite de repérer et de proposer la personne-ressource susceptible de les aider à trouver des solutions. Au démarrage, le développement de ce réseau s’effectuera avec le concours de la coopération française (10 millions de DH) pour accompagner 300 entreprises. Celle-ci s’acquitte seulement de 25% du coût de l’intervention. A ce jour, une centaine d’entités ont fait l’objet d’une visite.Le second réseau a trait au génie industriel. Il a été élaboré par le département de la Recherche scientifique et le CNRST. Ce réseau mobilise 130 intervenants qui sont en mesure d’aider l’entreprise à optimiser son système de gestion de la production via des outils de génie industriel. La France y a également apporté son soutien. Une centaine d’entreprises sont visées par le programme et certaines d’entre elles ont déjà fait l’objet d’un diagnostic. Au terme de la première étape prévue dans 18 mois, le Maroc prendra totalement en charge le programme. Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc