×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Lydec: Un seul Bureau central pour gérer trois réseaux

    Par L'Economiste | Edition N°:1907 Le 01/12/2004 | Partager

    . Distribution d’eau et d’électricité et assainissement étroitement surveillés. Une première mondiale qui permet de réduire les temps de réactivité Un écran panoramique géant domine la salle. Des plans, des schémas et des tableaux pleins de chiffres se succèdent sur cet immense écran mural de 11 m2. Des points lumineux scintillent sans cesse. Deux personnes assises ne quittent pas des yeux, tantôt les moniteurs qui se trouvent devant eux, tantôt les configurations qui apparaissent sur l’écran géant.“C’est un plan de situation des villes de Casablanca et Mohammédia. Les points lumineux qui apparaissent sur l’écran représentent les postes de téléconduite situés sur les trois réseaux gérés par Lydec, à savoir l’électricité, l’eau et l’assainissement”, explique Safia El Messaoudi, responsable du Bureau central de conduite (BCC) à Lydec. “C’est une première mondiale. C’est la première fois qu’une plate-forme unique permet de contrôler à distance les trois réseaux à la fois, pour une agglomération de la taille de Casablanca”, ajoute Safia El Messaoudi.Selon les explications de la responsable, les équipes du BCC veillent, 24h/24 et 7 jours sur 7, sur le bon fonctionnement des trois réseaux et peuvent, en cas de problème, intervenir à tout moment. “Ce sont nos yeux sur l’infrastructure. Rien ne se passe sur le réseau sans qu’on ne le repère sur le BCC”, explique-t-elle. Depuis cette salle de contrôle, des agents spécifiquement formés, repèrent immédiatement les éventuelles pannes et sont en mesure d’y remédier au plus vite. “C’est grâce à cet outil que les Casablancais accèdent à nos services dans de bonnes conditions et que les délais de réactivité de nos équipes se sont sensiblement améliorés”, avance la responsable du BCC. En effet, pour l’électricité, le temps de réactivité aux problèmes et coupures du réseau primaire ne dépasse guère les 14 minutes qui suivent la coupure. Lydec est également en mesure de réguler à distance les charges électriques de manière à diminuer les chutes de tension et de fournir ainsi une énergie de meilleure qualité aux particuliers comme aux entreprises. Sur le réseau eau et assainissement, la technologie du Bureau central de conduite permet de veiller au niveau des réservoirs, de contrôler la potabilité de l’eau et l’activité des stations de pompage. Elle permet aussi la télémesure en temps réel d’un certain nombre de paramètres-qualité des fluides (taux de chlore, turbidité, température). Pour ces télémesures, des seuils d’alarme sont définis et permettent de réagir rapidement depuis le BCC ou de lancer une intervention sur le site. Par ailleurs, le suivi statistique de ces mesures réelles permet de mieux anticiper d’éventuels problèmes.Près de 40 millions de dirhams ont été investis dans la réalisation du Bureau central de conduite. Tous les agents intervenant sur la plate-forme ont bénéficié d’une formation les familiarisant aux évolutions technologiques.Quelque 500 ouvrages, entre postes de source et stations-réservoirs transmettent, en temps réel, des informations sur l’état des lieux. Le BCC est également préparé à la gestion de crises graves comme les inondations dues aux grandes précipitations.Mohamed AKISRA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc