×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Les secteurs qui branchent les investisseurs autrichiens

    Par L'Economiste | Edition N°:1913 Le 09/12/2004 | Partager

    . Energie, traitement des eaux et équipement automobile notamment. Excédent commercial en faveur du Maroc en 2003La mission d’hommes d’affaires autrichiens à Casablanca a pris fin hier mercredi 8 décembre après trois jours de travaux. Ce sont plus de 200 sociétés marocaines multisectorielles qui ont manifesté de l’intérêt pour ce marché européen représenté par une quarantaine d’entreprises, selon l’ambassade d’Autriche. Lors d’un point de presse mardi 7 novembre, l’ambassadeur d’Autriche, Gerhard Deiss, a fait remarquer que «le chemin emprunté par le Maroc sur le plan économique est encourageant». D’où l’opportunité de renforcer les liens de coopération entre les deux pays et de donner un nouveau souffle aux échanges.Les relations commerciales bilatérales restent en effet embryonnaires. Les importations marocaines d’Autriche ont atteint quelque 447 millions de dirhams en 2003 alors que les exportations vers ce pays se sont chiffrées à plus de 770 millions de dirhams la même année. Le Maroc exporte essentiellement des vêtements confectionnés et du phosphate, selon l’Office des Changes et importe entre autres des biens d’équipement ainsi que des produits chimiques, notamment pharmaceutiques.Les sociétés autrichiennes sont intéressées par le transport ferroviaire, l’énergie, le traitement des eaux et les barrages. «L’Autriche est connue pour son expertise en matière de traitement des eaux et des barrages en milieu calcaire», a rappelé le conseiller commercial d’Autriche, Manfred Schmid. Les investisseurs autrichiens ne cachent pas non plus leur intention de regarder de plus près le marché de l’équipement automobile, qui s’est développé avec le projet de la voiture économique et qui attire encore les capitaux étrangers. Les Autrichiens sont convaincus de l’intérêt de pousser plus avant leur coopération avec les Marocains. En témoigne notamment la signature d’un accord entre la CCIS de Casablanca et la Chambre économique fédérale d’Autriche (CEFA), le 7 juin 2004 à Marrakech. Cet accord portait essentiellement sur la simplification de l’accès des membres des deux institutions aux informations économiques et juridiques et le renforcement des échanges commerciaux. Rappelons que les travaux de la 29e session du Conseil de développement industriel de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), tenus à Vienne en novembre dernier, dont le Maroc assure la présidence depuis mai 2004, ont permis aux deux pays de repenser et de renforcer leurs relations.Yassir LAHRACH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc